Menace de plan social : les salariés de Derichebourg, sous-traitant d'Airbus, manifestent à Toulouse

Près d'une centaine de salariés de Derichebourg Aeronautics Services a manifesté ce mardi après-midi devant le siège social de l'entreprise, à Blagnac. 700 emplois sont menacés chez cet important sous-traitant d'Airbus, à cause de la crise économique liée à l'épidémie de coronavirus. 

Environ 80 salariés ont manifesté ce mardi devant le siège de Derichebourg à Blagnac.
Environ 80 salariés ont manifesté ce mardi devant le siège de Derichebourg à Blagnac. © C.Ravier / FTV
Ils sont inquiets pour leur avenir et sont venus le dire ce mardi 2 juin devant le siège de leur entreprise, à Blagnac. Une centaine de salariés de Derichebourg Aeronautics Services, l'un des principaux sous-traitants d'Airbus, a manifesté à l'appel de l'UNSA Aérien SNMSAC, un syndicat minoritaire dans l'entreprise. Au même moment, s'ouvrait une réunion de négociations pour acter un "accord de performance collective", seul moyen selon la direction de repousser de quelques mois un plan social qui menace 700 salariés.
Devant le siège social de son entreprise, un salarié de Derichebourg témoigne ce mardi :

Je suis dans le doute, ça fait 14 ans que je travaille chez Derichebourg. Je suis mécanicien, je travaille à la production, je monte les moteurs de l'A350 et au bout de 14 ans, perdre 500 à 600 euros par mois... ça me met en colère.


700 emplois menacés

Comme ce mécanicien, ils sont venus ce mardi dire leur opposition à l'accord de performance collective acté le 11 mai dernier lors d'un comité social et économique (CSE). Il doit encore être discuté mais prévoit que les salariés renoncent à certains de leurs acquis sociaux comme le 13ème mois ou leurs indemnités de transport pour permettre de repousser un plan social.
En raison de la crise économique liée à l'épidémie de coronavirus qui frappe tout le secteur aéronautique, ce plan social est inéluctable selon la direction de Derichebourg Aeronautics Services. Il menace 700 emplois sur 1 583. Au lieu d'entrer en vigueur dès ce mois de juin, il pourrait être repoussé à septembre et revu à la baisse si l'accord de performance est signé mais aucun chiffre n'a encore été communiqué aux syndicats.    

"Un chantage à l'emploi"

L'UNSA Aérien SNMSAC, qui a voté contre l'accord de performance avec le syndicat CFE-CGC le 11 mai alors que le syndicat majoritaire FO disait oui, dénonce "un chantage à l'emploi" et beaucoup de précipitation. Car la direction veut aller vite et signer cet accord de performance collective (APC) au plus tard le 10 juin, sans même attendre les mesures de soutien promises au secteur aéronautique par le gouvernement.
"Il y a beaucoup de colère et d'incompréhension" explique ce mardi Romain, élu l'UNSA Aérien SNMSAC. "Cela va beaucoup trop rapidement. On sait qu'il y a des aides de l'Etat qui vont arriver pour l'aéronautique. On ne comprend pas pourquoi on n'attend pas pour voir l'impact peut-être positif qu'elles auront sur les emplois".

C'est du chantage à l'emploi. Ils se servent de la crise Covid, c'est une brêche pour remettre en question nos acquis sociaux et se rendre plus compétitif auprès d'Airbus.

"Avant la rentrée, c'est trop difficile d'y voir clair" renchérit cet autre représentant de l'UNSA Aérien SNMSAC. "On voit que les cadences de l'A320 réaugmentent un minimum, donc ça pourrait aller crescendo dans les mois qui arrivent or, ils veulent absolument que tout soit passé d'ici le 10 juin. On a du mal à comprendre. On est partagé entre la déception et la colère."

Déception et colère des représentants syndicaux qui soulignent que leur entreprise est une filiale du groupe mondial Derichebourg, "dont le chiffre d’affaires approchait en 2019 les 3 milliards d’euros".
 

Un chiffre d'affaires positif au dernier semestre

Dans un communiqué en date du 26 mai 2020, le groupe Derichebourg a publié les résultats de son dernier semestre, du 30 septembre 2019 au 31 mars 2020. Il indique que "l’impact de 2 semaines de confinement est notable sur les activités du groupe" et que "son chiffre d'affaires s’élève à 1,3 milliard d’euros, en baisse de 5,3% par rapport à l’exercice précédent". 
De quoi verser à ses actionnaires, "un résultat net de 22,4 millions d'euros, en baisse de 26,5% par rapport à l’an passé".
Contactée par France 3 Occitanie, la direction de Derichebourg Aeronautics Services n'a pour l'instant pas donné suite à nos sollicitations.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie coronavirus/covid-19 santé société