Municipales 2020 : les programmes des candidats à Toulouse au révélateur des enjeux climatiques

Qui de Pierre Cohen, Antoine Maurice, Jean-Luc Moudenc ou Nadia Pellefigue est le plus à même de répondre aux enjeux environnementaux. L'ONG Réseau Action Climat vient de publier un comparatif des programmes sur la base des engagements des quatre candidats.
Réseau Action Climat oeuvre depuis 1996 pour la défense de l'environnement.
Réseau Action Climat oeuvre depuis 1996 pour la défense de l'environnement. © XAVIER DE FENOYL/MAXPPP
Développement des transports en commun, place accordée au vélo ou encore rénovation des logements, le RAC (Réseau Action Climat) a défini dix critères pour son évaluation. Autant de mesures nécessaires pour réduire l’émission de gaz à effets de serre et assurer une plus grande équité sociale.


Le sans-faute de Nadia Pellefigue

La candidate du Parti socialiste sort largement en tête de ce comparatif. Elle valide les dix critères. Elle est la seule dans ce cas. Son programme se distingue nettement de celui de ses concurrents par sa capacité à : « prendre les mesures indispensables face à l’urgence climatique ». Ce sont ses idées en matière de rénovation énergétique des bâtiments et son plan de développement des transports en commun qui la distingue des autres candidats. 


Antoine Maurice, un bon élève qui peut mieux faire.

La liste Archipel Citoyen obtient elle aussi une validation globale de son projet. L’ONG souligne la pertinence de son plan de transports en communs et de la place accordée au vélo. Soulignés également, les efforts contre l’étalement urbain et le développement de l’habitat participatif.
 

Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc recalés.

« Manque de clarté et d’ambition » pour Pierre Cohen, particulièrement sur sa capacité à limiter la place des véhicules polluants en ville. Le réseau action climat souligne aussi trop peu d’engagement « sur les questions de la production et de maîtrise de l’énergie, ainsi que sur l’agriculture et l’alimentation durable ».
Enfin Jean-Luc Moudenc est le candidat le moins bien évalué : « Fausse route en proposant de développer le stationnement et donc de favoriser la voiture individuelle ».

Aux yeux de l’ONG c’est bien la mobilité qui constitue : « L’enjeu climatique principal pour la ville de Toulouse »
 
Le tableau comparatif établi par l'ONG
Le tableau comparatif établi par l'ONG © Réseau Action Climat.


 Sur son site internet Réseau Action Climat se présente comme un représentant français d’un réseau mondial et européen d’ONG regroupant environ 1300 membres à travers la planète.
"L'objectif, dit Réseau Action Climat est de parler d’une seule voix pour peser davantage sur les décideurs".

Les membres de ce réseau proposent des "mesures alternatives et ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections environnement