Cet article date de plus de 8 ans

Municipales : à Toulouse, le Modem lâche Christine de Veyrac et se rapproche de Jean-Luc Moudenc

Coup de tonnerre dans la campagne des élections municipales 2014 à Toulouse : le Modem 31, aux côtés de Christine de Veyrac depuis le début de sa campagne, a décidé de quitter la candidate UDI. Son président estime que le rapprochement avec le candidat UMP Jean-Luc Moudenc est imminent. 
Christine de Veyrac, candidate UDI à la mairie de Toulouse, vient de perdre un soutien de poids : le Modem 31, dirigé par le conseiller municipal sortant, Jean-Luc Lagleize, a décidé de "suspendre" son soutien à la candidate, jugeant sa démarche "trop personnelle".

Une démarche "trop personnelle"

Aux côtés de Christine de Veyrac depuis le lancement de sa campagne en février dernier, le Modem 31 claque la porte à un peu plus de six mois de l'échéance.

Il faut se rendre compte de ses erreurs.  (Jean-Luc Lagleize)


Pour Jean-Luc Lagleize, que nous avons joint, la candidate n'a pas consulté ses partenaires sur ses dernières initiatives politiques, elle n'a pas non plus "tenu compte du travail des 3 conseillers municipaux Modem sortants". 
Jean-Luc Lagleize "ne regrette pas" ses mois de soutien à Christine de Veyrac, mais, cinglant, précise qu'il faut "se rendre compte de ses erreurs". 

Pour l'UDI, c'est "regrettable pour l'image du Centre"

Jean Iglésis, le président de l'UDI 31, est "un peu désolé" de ce départ du Modem par rapport au travail effectué en commun depuis deux ans à Toulouse. "Au moment où le Modem avec Bayrou et l'UDI avec Borloo, cherchent à se rapprocher au niveau national, pour travailler au-delà des problèmes de personnes, cette situation est regrettable pour l'image du Centre en général". Il rappelle que Christine de Veyrac a l'investiture nationale de l'UDI et que l'UDI 31 applique strictement les consignes nationales en soutenant la candidate. 

Un rapprochement imminent avec Jean-Luc Moudenc

Pour la suite de la campagne, le Modem 31 exclut toute idée d'une liste autonome. Le seul capable de la porter, Jean-Luc Forget (déjà tête de liste en 2008) étant juridiquement "empêché" de faire campagne jusqu'au 31 décembre 2013, en raison de ses fonctions de président de la Conférence des Bâtonniers de France
Jean-Luc Lagleize estime quasi-impossible un rapprochement avec le maire sortant PS de Toulouse Pierre Cohen : "il a dit à deux reprises que nous ne faisions pas partie de sa sphère politique". 
C'est donc logiquement vers Jean-Luc Moudenc que le Modem se tourne : le candidat UMP, est ex-maire de Toulouse de 2004 à 2008, et Jean-Luc Lagleize se sont d'ailleurs vus mardi 3 septembre. Le Modem affirme vouloir "être utile" à la campagne et aux Toulousains. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique