Municipales à Toulouse : la lettre ouverte des “gilets jaunes” à tous les candidats aux élections de la métropole

Le "groupe de travail de Gilets Jaunes de Toulouse sur les municipales et la démocratie directe" interpelle les listes candidates aux élections municipales. / © Max PPP
Le "groupe de travail de Gilets Jaunes de Toulouse sur les municipales et la démocratie directe" interpelle les listes candidates aux élections municipales. / © Max PPP

Les "gilets jaunes" ont décidé de mettre leur grain de sel dans la campagne des élections municipales à Toulouse. Dans une "lettre ouverte aux listes candidates" ils leur demandent de s'exprimer sur 2 points : l'instauration d'un "Conseil des citoyens" et le référendum d'initiative citoyenne (RIC).

Par Yann-Olivier d'Amontloir

Il fallait s'y attendre : à quatre semaines du premier tour des élections municipales, une "LETTRE OUVERTE DES GILETS JAUNES DE L’AG DE TOULOUSE AUX LISTES CANDIDATES AUX MUNICIPALES DE LA MÉTROPOLE TOULOUSAINE" a été rendue publique mi-février.
Ce courrier a été adressé à toutes les listes déjà déclarées dans les 37 communes qui composent Toulouse-Métropole; il en manque forcément encore quelques-unes, puisque les candidats ont jusqu'au jeudi 27 janvier pour s'inscrire en Préfecture.
Cette lettre ouverte est signée du "groupe de travail de Gilets Jaunes de Toulouse sur les municipales et la démocratie directe".
Créé à l'été 2019, avec dans l'idée au départ de monter éventuellement une liste pour les élections municipales, ce groupe de travail est composé d'un noyau d'une trentaine de militants actifs du mouvement des gilets jaunes, autour duquel d'autres viennent participer aux réunions de réflexion et de débat qui se tiennent tous les 15 jours.

La "démocratie participative" en question

Cette lettre ouverte est leur façon d'intervenir dans le débat électoral.
Le texte exprime le refus par ses signataires du fonctionnement actuel de la démocratie électorale en France : les citoyens élisent un conseil municipal, auquel ils confient tout pouvoir de décision pendant 6 ans, sans plus de possibilité d'intervention active dans ses délibérations.
Ils interpellent donc toutes les listes candidates aux élections municipales des 37 communes de la métropole toulousaine sur 2 points :
  • le conseil des citoyens
  • le référendum d'initiative citoyenne
Il s'agit pour eux d'instaurer 2 outils concrets en lieu et place des promesses faites par certains candidats de plus de "démocratie participative".
L'instauration du RIC (référendum d'initiative citoyenne) fait partie des revendications depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". / © Max PPP
L'instauration du RIC (référendum d'initiative citoyenne) fait partie des revendications depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". / © Max PPP
Conscients qu'aucun de ces outils n'est encore légalement instauré en France, ils expriment leur volonté que l'exemple vienne des élus de proximité.

Le conseil des citoyens

Principal cheval de bataille : ils demandent à ce que les candidats "reconnaissent la légitimité d’un Conseil des Citoyens indépendant de tout pouvoir politique et ouvert à tous les habitants qui souhaitent s’impliquer sur des questions de compétence municipale ou métropolitaine" et qu'ils "s’engagent à lui donner sans contrepartie des moyens logistiques et lui faciliter l’accès à l’information et la compréhension des délibérations municipales et métropolitaines".

Le référendum d'initiative citoyenne

Dans cette logique, et au cas où ce conseil des citoyens décide de soumettre une de ses propositions à la population toulousaine, ils réclament que les candidats élus  "s’engagent à consulter l’ensemble des habitants en âge de voter et à fournir les locaux, le matériel et la communication pour l’organisation de scrutins à partir du moment où un pourcentage de ces habitants, qui reste à définir, a apporté son soutien à un projet de référendum d’initiative citoyenne lancé par le Conseil des Citoyens".
 

Les premières réponses des candidats

Cette lettre ouverte a pour objectif de recenser, parmi toutes les listes candidates aux élections municipales de Toulouse et de sa métropole, celles qui accepteront de signer ces 2 engagements.
Une semaine après sa diffusion, plusieurs réponses ont déjà été reçues.
  • la liste Toulouse Anticapitaliste (NPA) se déclare clairement favorable aussi bien à l'instauration de "Conseils Citoyens" qu'à la mise en oeuvre du RIC; elle souligne également que la révocabilité des élu.e.s fait partie de son programme, et que pour elle tout doit partir de la base.
  • Jean-Luc Moudenc, maire sortant et tête de liste "Aimer Toulouse", s'est déclaré opposé au RIC. Il s'est aussi exprimé contre la révocabilité des élu.e.s comme contraire au principe de la démocratie représentative. Quant aux conseils des citoyens tels que proposés dans la lettre ouverte, il conteste leur validité en l'absence de tout contrôle sur leur fonctionnement et leur financement, mais insiste sur le fait que la population toulousaine est abondamment consultée : il existe déjà des conseils citoyens dans les quartiers définis par la "politique de la ville", le nombre de réunions de concertation avec les habitants a été doublé par rapport au précédent mandat municipal, et chacun peut s'exprimer sur la plateforme "jeparticipe.toulouse.fr".
  • le Parti Animaliste rappelle que depuis l'origine il est favorable à la mise en place du RIC pour toutes les questions animales et environnementales
  • La liste "Vivre mieux ensemble à Colomiers" s'est déclarée en faveur de ces deux mesures
De la part d'autres communes (Mondonville, "Demain Pibrac") les réponses reçues par le collectif des gilets jaunes sont considérées comme plutôt positives.
Quant à la liste "Avec vous pour saint-Orens de gameville" menée par Dominique faure, elle a annoncé qu'elle répondrait plus tard.

Une assemblée début mars à Toulouse

Il est clair que ces 2 questions font partie des pricipaux thèmes de débat abordés au cours des "Assemblées des assemblées" (ADA) des gilets jaunes, qui sont organisées depuis plusieurs semaines dans toute la France.
Quatre se sont déjà tenues à Montceau-les-Mines, Commercy, Saint-Nazaire et Montpellier. A chaque fois elles ont réuni environ 450 participants, dûment mandatés par chaque groupe local de gilets jaunes.
La prochaine se tiendra le week-end des 6-7-8 mars à Toulouse. Elle devrait porter sur la synthèse des travaux de réflexion menés lors des 4 assemblées précédentes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus