Nous avons la preuve en photos qu'avec le déconfinement vous en profitez pour faire du sport, notamment à Toulouse

Oubliées les dérogations, les attestations, nous profitons  d’une liberté retrouvée. Si la pratique des sports collectifs et des activités en salle reste interdite, courir, marcher, pédaler en liberté, redevient possible. Et à Toulouse, le sport fait le buzz ! 

© Jean-Pierre Duntze FTV
Après 55 jours à la maison, limités à déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile », nous pouvons sortir plus librement !

À Toulouse, comme dans toutes les grandes villes, depuis le 11 mai, ils sont nombreux à courir le matin ou en fin d’après-midi. Parmi eux, certains ont entretenu leur forme, d’autres ont coupé, ils le paient à la reprise. C’est le cas d’Aurélia : 

  Ça fait du bien, mais c’est dur de retrouver la même allure, qu’il y a deux mois. Ça va vite revenir. Trente minutes, c’est déjà pas mal pour retrouver le souffle. Ensuite, on allongera. 

Joggeuse, Aurélia a du mal à retrouver son souffle !
Joggeuse, Aurélia a du mal à retrouver son souffle ! © Jean-Pierre Duntze FTV
Catherine et Wanda se retrouvent, pour une marche dynamique, sur la digue de la Garonne, entre le pont des Catalans et le pont de Blagnac. Un retour avec des yeux nouveaux.

Nous reprenons un parcours arrêté il y a deux mois. Je ne suis quasiment pas sortie de chez moi, durant cette période. J’ai eu le Coronvavirus en plus au début. Là, c’est magnifique de retrouver une amie et de voir que c’est le printemps. Je ne pensais pas, que cela allait me faire autant de bien.

Catherine reprend le sport avec son amie Wanda qui a été malade du coronavirus
Catherine reprend le sport avec son amie Wanda qui a été malade du coronavirus © Jean-PIerre Duntze /FTV

Catherine ajoute : « Des sensations physiques, ça fait du bien de marcher. Des sensations olfactives également, parce que la nature est en fleurs. Ça sent bon, c’est agréable. », et Wanda d'ajouter : 

Comme on sort de huit semaines de confinement, le moindre chant de merle, on trouve ça paradisiaque ! 

Sur les berges de la Garonne, la distance minimum de dix mètres, entre deux personnes pour le vélo ou le jogging est le plus souvent respectée.
Courir autour du lac de Sesquières, marcher au bord de la Garonne, pédaler le long du Canal du Midi, les Toulousains ne s’en privent pas. Pour certains, il s’agit de simplement s’oxygéner le corps et la tête. Pour d’autres, pratiquer de nouveau, leur sport favori, sur des durées, des distances plus conséquentes. Il va cependant falloir s’accrocher, pour retrouver la condition physique d’avant.

Mal aux cuisses et mal aux fesses

Ces deux amis en font l’expérience. Michel et Daniel, sont retraités, ils enfourchent de nouveau leur vélo de route. Quasiment sans relief, les berges du Canal du Midi, constituent un terrain idéal pour la reprise.

 C’est super. On retrouve la convivialité. En revanche, il faudra quelques sorties avant de retrouver notre rythme habituel, faire disparaître le mal de selle et les douleurs aux cuisses. Il faut bien en passer par là. 

Le retour sur un vélo pour les deux copains Michel et Daniel ne se fait pas sans douleurs
Le retour sur un vélo pour les deux copains Michel et Daniel ne se fait pas sans douleurs © Jean-Pierre Duntze FTV

La première sortie depuis 2 mois pour les deux frères ! 

Maxence (7ans) et son frère Samuel, plus jeune de 4 ans, accompagnent leur père, à la Ramée. Sur cette base de loisirs, située à Tournefeuille, ils vont jouer au tennis. Les deux enfants, n’ont quasiment pas quitté la maison familiale durant le confinement. Aujourd’hui, ils peuvent de nouveau retrouver le plaisir de faire passer la balle au-dessus du filet.
Maxence et Samuel avec leur papa pour leur première sortie tennis
Maxence et Samuel avec leur papa pour leur première sortie tennis © Jean-Pierre Duntze FTV
Leur papa, professeur de tennis, n’a pas encore repris son activité. La réouverture d’un club dépend du bon vouloir de la municipalité.

 Pour nous ça change tout. On aura le droit de donner des cours, mais uniquement en individuel, avec le respect des nouvelles consignes. Une réadaptation est donc nécessaire pour tout le monde. C’est comme pour la vie de tous les jours, on s’adapte. 

Maxence au service !
Maxence au service ! © Jean-Pierre Duntze FTV
Contrairement aux sports de contact ou à la natation, le tennis en plein air est une pratique autorisée, sous conditions. Chaque joueur doit pénétrer sur le court en tenue, prendre en main uniquement ses propres balles. Les distances de sécurité, entre les deux protagonistes, doivent toujours être respectées. Pour les jeunes enfants, comme Samuel, la règle n’est pas naturelle, donc difficile à appliquer.
Maxence et Samuel ont parfois du mal à respecter les gestes barrières en jouant au tennis
Maxence et Samuel ont parfois du mal à respecter les gestes barrières en jouant au tennis © Jean-Pierre Duntze FTV

Un marcheur heureux

Un peu plus loin, nous croisons Nicolas. Son sourire est masqué. Le plaisir de refaire de l’exercice autour du lac de la Ramée (Tournefeuille) déborde du tissu protecteur. Seul regret, la piscine municipale, située à quelques pas, reste fermée jusqu’à nouvel ordre.
Au bord du lac de la Ramée à Tournefeuille, Nicolas marche ... masqué !
Au bord du lac de la Ramée à Tournefeuille, Nicolas marche ... masqué ! © Jean-Pierre Duntze FTV
Quand rester chez soi était de mise, le soleil régnait en maître. Ironie de la météo, le vent, la pluie, la fraîcheur sont de retour, comme pour inciter à la prudence en matière de sortie.

Au cours des 55 jours historiques, en général, les sportifs se sont entretenus avec les moyens du bord. 
Quelques nouveaux adeptes se sont ajoutés. Leurs motivations : profiter du temps libre, chasser l’ennui, le besoin de bouger, de brûler des calories ou encore, mettre en application de bonnes résolutions.

«Pour votre santé ne bougez pas», cède la place à «pour votre santé, bougez plus»

Les 10 000 pas recommandés chaque jour redeviennent une cible atteignable. Les bienfaits du sport sont connus. Diminutions des risques de maladies cardio-vasculaires, de diabète, d’hypertension, de certains cancers, amélioration du sommeil… et entretien des défenses immunitaires! Autre motivation pour certains, préparer l’été. Les Français auraient pris 2,5 kilos en moyenne depuis le 17 mars (source IFOP*). Cette prise de poids, liée à un changement d’alimentation et plus de sédentarité. Une sondage à relativiser. Sur la balance, Anglais et Italiens se sont révélés, bien moins sérieux que les Français.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport déconfinement société santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter