Coronavirus à Montpellier : trois cas avérés vendredi soir en Occitanie

© Pascaline Arisa /FTV LR
© Pascaline Arisa /FTV LR

Deux nouveaux cas de coronavirus ont été annoncés ce vendredi soir à Montpellier. L'un des deux est la femme du cas déjà détecté la veille. L’autre cas est distinct. Ces malades sont pris en charge par le CHU de Montpellier. Le ministre de la Santé demande à tous de ne plus se serrer la main.

Par FD, SN avec OLC

Deux nouveaux cas de coronavirus ont été annoncés à Montpellier par l'ARS, vendredi 29 février. Il s'agit de la femme du cas détecté la veille. Cette personne âgée de 29 ans a été elle aussi prise en charge dans le service d’infectiologie du CHU de Montpellier. Ce couple avait récemment séjouné en Lombardie (Italie), une zone particulièrement touchée par le virus.

Le troisième cas n'est pas lié au deux autres. Ce patient âgé de 41 ans a également été pris en charge au CHU de Montpellier vendredi. Elle a séjourné récemment à Bologne en Émilie-Romagne (Italie).

Ces nouveaux cas ne présentent pas de gravité particulière, selon les médecins. "Les trois personnes hospitalisées présentent actuellement un état de santé satisfaisant", explique l'Agence Régionale de la Santé Occitanie dans un communiqué.
 

Quarantaine pour les proches

Réunies en cellule de crise, "les équipes de l’Agence régionale de santé et de la Cellule régionale de Santé publique France, poursuivent leurs investigations pour identifier les personnes qui auraient été en contact rapproché et prolongé avec ces patients," poursuit le communiqué.

Des investigations qui ont permis d’informer les proches de la première famille concernée, "dont l’effectif était assez limité", selon l'ARS. "A ce stade, une quinzaine de personnes ont également été contactées en tant que cas contacts liés au troisième patient hospitalisé", précise-t-elle.

À ce stade, aucune de ces personnes n’a déclaré présenter des symptômes de maladie. Les personnes ayant été en contact plus rapproché avec ces patients ont été invitées par les autorités sanitaires à respecter une période d’isolement de 14 jours.


Séjours en Italie

Vendredi, une conférence de presse s'est tenue en présence de l'ARS à propos du tout premier cas rescencé à Montpellier.

Le premier cas : un homme de 31 ans 

La première personne infectée est un homme de 31 ans qui a séjourné récemment en Lombardie (Italie) avec sa femme et ses deux enfants en bas âge. Ils ont voyagé par avion puis voiture. Il y a très peu de cas contact avec le reste de la famille.

Le patient avait des symptomes de grippe. Il a été testé postif et a été accompagné par une voiture du SAMU aménagé dans le service de maladies infectieuses de l'hôpital saint Eloi. Il est à l'isolement avec des visites très limitées avec un habillage particulier. Il peut communiquer avec un ordinateur pour que son épouse et ses enfants puissent le voir.

Actuellement, il n'y a pas d'éléments de gravité et "nous sommes plutôt sur des éléments d'amélioration", ont déclaré les représentants de l'ARS. Ses deux jeunes enfants sont également hospitalisés à l'isolement, bien qu'ils aient été testés négatifs au virus.

Possibilité de propagation très faible
L'ARS et le CHU sont formels: "les cas de propagation sont très faibles car l'homme a réagi comme il le fallait en appliquant les consignes et en appelant très vite le 15".

D'autres cas à venir ?
"Il est possible que nous soyons confrontés à d'autres cas dans les jours qui viennent et le plus important et de pouvoir les détecter le plus vite possible. Il est donc nécessaire que la population soit bien informée des mesures de prévention".

Les enfants
L'ARS rappelle que les enfants qui reviennent de zones à risque ne doivent pas aller à l'école pendant 14 jours. Il n'y a pas de classe entière confinée en Occitanie. Les parents peuvent obtenir des arrêts maladies pour garder leurs enfants à la maison. 

Stock de masques
Les approvisonnement sont en cours. Grâce au déblocage du stock national, les établissements de santé seront livrés ce vendredi et les médecins libéraux la semaine prochaine. 

Les appels au SAMU 34
Depuis mardi, le SAMU 34 a reçu 529 appels pour des situations de retour de zones à risque, dont 137 dans des situations de cas possible de coronavirus. Au final, ce vendredi matin, 83 tests ont été réalisés ou sont en cours de l'être. Et donc un seul pour l'instant s'est avéré positif.
30 % des appels au SAMU 34 concernent le conoravirus.
 

Revoir la conférence de presse de l'Agence régionale de santé (ARS) ce vendredi 28 février. 
 


Mesures de précaution : ne pas se serrer la main ou se faire la bise

Peut-on toujours se faire la bise ou se serrer la main ? "Pour enrayer l'épidémie, nous ne sommes certainement pas assez attentif à ces mesures de précaution simples. Mais dans la majorité des cas, on trouve un lien. Le virus n'apparaît pas par l'opération du Saint-Esprit", affirme le professeur Reynes. 

Le principal mode de contamination se fait par des personnes malades qui toussent, par des gouttelettes de salive. "Si vous touchez une surface qui a été souillée par ces gouttelettes, vous risquez de vous contaminer. Vous mettez du virus sur vos mains et ensuite vous touchez votre visage et vous vous infectez.​​​​​​", explique le médecin Damien Mascret à France 2.


73 cas en France ce vendredi à 20h

À l'issue du Conseil de défense organisé à propos du coronavirus lors du Conseil des ministres de ce samedi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que le nombre de cas confirmés en France ce portait désormais à 73 depuis fin janvier, dont 59 hospitalisés et deux décédés et 12 guéris.

"Une nouvelle étape de l'épidémie est franchie", a déclaré à nouveau le ministre. "Chacun doit participer à sa protection et à celles de ces proches. Je demande aux Français de ne pas se serrer la main". 
 
 

Un numéro de téléphone

Une plateforme téléphonique d’information accessible au 0800 130 000 (appel gratuit - 7 jours sur 7 - 24h/24). Cette plateforme permet d’obtenir des informations sur le COVID-19 et des conseils si vous avez voyagé dans une zone où circule le virus ou côtoyé des personnes
qui y ont circulé.

Attention, cette plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux : en cas de signes d’infections respiratoires dans les 14 jours suivant votre retour de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, il faut contacter le 15.

Vous pouvez consulter le site de l'Agence régionale de santé Occitanie: www.occitanie.ars.sante.fr

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus