• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les Occitans veulent prendre part au grand débat national

© MaxPPP
© MaxPPP

Le mouvement occitan s'organise pour adopter une position commune et porter ses arguments lors du grand débat national. Tous les acteurs du monde associatif, politique et culturel occitan sont invités à venir en débattre samedi à l'Ostal d'Occitanie à Toulouse. 

Par Laurence Boffet

Les Occitans comptent bien prendre part au grand débat national et faire entendre leur voix. Une journée de réunions et de débats, est organisée le samedi 19 janvier à l'Ostal d'Occitanie à Toulouse. L'invitation émane du think tank Bolegadis (un collectif fondé à Toulouse et qui compte une cinquantaine de membres, représentants du mouvement occitaniste, de partis politiques et d'associations), du mouvement occitan Bastir créé lors des élections municipales à Toulouse en 2014 et du parti politique Pais Nostre créé à Narbonne. L'objectif, arriver à une synthèse et à une position commune à porter dans le débat.
 

Une journée de rencontres sur différents thèmes

La journée commencera par un exposé sur la Confédération Suisse et son système de référendum . L'après midi, une proposition d'organisation fédérale de l'état et des régions sera présentée. Elle sera suivie d'un débat sur la revendication du référendum d'initiative citoyenne .


S'inviter dans le grand débat national

"On prend la balle au bond, avec l'oganisation du grand débat national", explique Jean-François Laffon, l'un des créateurs du think tank Bolegadis. "De notre côté, on mettra sur la table le sujet de l'autonomie des territoires et du fédéralisme. A Bolegadis, nous défendons depuis longtemps le principe de subsidiarité, c'est une revendication qui est totalement dans l'esprit du mouvement des gilets jaunesAdopter un principe de subsidiarité, ça voudrait dire que toutes les décisions seraient prises au niveau le plus proche du citoyen, c'est à dire la commune".


Trouver une position commune

Bolegadis défend un système fédéral, "comme en Allemagne", avec seulement 3 échelons, la commune, la région et l'état. "Simplifier le mille-feuille administratif et simplifier les rapport entre le citoyen et l'Etat" argumente Jean-François Laffon, "ça peut sembler utopique mais c'est l'idée que nous défendrons samedi. Si elle est adoptée au cours de nos discussions, nous la porterons au niveau du débat national". Car l'idée samedi, est bien de trouver des convergences entre les différents acteurs du monde occitan. Pour adopter une position commune et pour parler d'une seule voix dans le grand débat. 
 

 

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus