• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

OZ, le petit robot qui désherbe

Le robot et l'un de ses concepteurs Gaëtan Séverac / © Remy Chidaine France 3 Midi-Pyrénées
Le robot et l'un de ses concepteurs Gaëtan Séverac / © Remy Chidaine France 3 Midi-Pyrénées

C'est le dernier né d'une start-up toulousaine "Naïo technologie" qui lance ce petit robot qui, guidé par infrarouge peut désherber automatiquement des rangs entiers de potager ou de jardin.

Par Michel Pech

Naïo Technologies est née d’une rencontre entre deux mondes : celui de l’agriculture (tradition et passion familiale) et celui de la robotique (formation professionnelle). Après 3 ans de recherches et de nombreux tests, cette startup créée en 2011 et soutenue par l’Incubateur Midi-Pyrénées, vient de commercialiser ses premiers robots de désherbage mécanique autonome “Oz” en avant première dans la région Midi-Pyrénées.

Comment ça marche ?
Son outil de binage effectue un désherbage mécanique, sans aucun produit chimique, et maintient une parcelle agricole propre et entretenue. Le robot fonctionne sur batteries électriques et consomme moins de 1€ à l’hectare. Avec une autonomie de 4 heures et pouvant travailler dans des rangées allant de 50 cm à 1,20 m, ce robot inédit dans l’agriculture maraichère, s’adapte ainsi au travail dans les petites exploitations ainsi que dans celles de taille moyenne.
Oz permet de réduire, voire de supprimer, l’utilisation des produits chimiques.

Un démarrage prudent
Basée à Toulouse, Naïo Technologies souhaite dans un premier temps, déployer son robot auprès des maraichers de Midi-Pyrénées et dans les départements d’Outre-Mer. C’est déjà chose faite avec plusieurs commandes provenant de ces régions, ce qui permet à la start-up d’envisager la deuxième phase de sa stratégie.
« Dès notre phase de lancement, nous nous sommes rendus compte que les maraichers ont un fort intérêt pour notre produit et que cette innovation peut leur est très utile. La preuve en est que nous avons quasiment atteint notre objectif de l’année en un mois, c’est-à-dire la vente de 5 robots. La prochaine étape est d’entrer dans une phase d’industrialisation dont le but est de vendre 40 à 50 robots en 2014», explique Aymeric Barthes, fondateur et président de Naïo Technologies.

Vidéo : le reportage de Rémy Chidaine et Vincent Albinet


Le robot jardinier





Sur le même sujet

Hérault : l'école de Montblanc près de Béziers occupée par des parents d'élèves

Les + Lus