Comme partout en France, la Bande dessinée se porte à merveille à Toulouse

Avec des ventes en hausse de 7% depuis l'an dernier, le secteur de la BD se porte bien dans les librairies indépendantes de France. Toulouse ne fait pas exception, d'ailleurs la dernière librairie ouverte dans la ville rose fait la part belle aux auteurs de BD.
 
Elias Farès montre ses meilleures ventes, l'auteur Fabcaro dessinateur qui vit en Occitanie.
Elias Farès montre ses meilleures ventes, l'auteur Fabcaro dessinateur qui vit en Occitanie. © JLP / FTV
La BD se porte plutôt bien dans les librairies indépendantes de France. Le secteur de la bande dessinée représente, en 2019, 14% du CA des librairies, derrière la littérature générale, les livres pour la jeunesse et les sciences humaines.

Toulouse ne fait pas exception. La dernière librairie ayant ouvert dans la ville rose en novembre 2019 fait ainsi la part belle aux bulles et aux cases. Avec plus de 5300 ouvrages, le rayon de bandes dessinées constitue ainsi un quart du stock de livres.

Des ventes importantes et le manga en bonne place

Ce choix n'est pas un hasard : "il y a un vrai intérêt pour cette lecture" souligne Elias Farès, auteur de BD et jeune libraire. Il vient d'ouvrir une librairie café culturel, Le Chameau Sauvage en novembre 2019 à Toulouse.

C’est un public assez large puisque ça commence avec les enfants, c'est une des premières lectures pour les enfants jusqu’aux adultes. La BD pour adultes se développe de plus en plus. Il y a une surproduction qui permet d’avoir un échantillon super large. Quelques soit le type de bande dessiné que l’on aime, on peut trouver des nouvelles propositions dans tous les domaines.

"Ça remonte à Hugo Pratt avec Corto Maltese"

Larcenet, Riad Sattouf ou encore Taniguchi pour les mangas il y en a vraiment pour tous les publics.

Roman graphique, BD traditionnel, récit d’aventure, fantastiques, science-fiction ou bien d’humour. Inspiration plus romanesque, plus littéraire sur des sujets parfois très sérieux, très documentés parfois poétique. On sort un peu des formats classiques de l’album de 48 pages avec de la couleur ou du récit de genre pour avoir des propositions plus variés. Ça remonte à Hugo Pratt avec Corto Maltese,

insite Elias Farès.


"Le festival d’Angoulême a beaucoup contribué à cette nouvelle image", confirme le nouveau libraire.

Il y a eu des artistes qui ont fait des œuvres qui ont eu l’intérêt des professionnels, des critiques littéraires. Avec des gens comme Enki Bilal ou Art Spiegelman dans les années 80 tout d’un coup la BD devenait quelques choses de considéré. Cette reconnaissance est de plus en plus importante de nos jours.

Pour les meilleures ventes, "Fabcaro est en haut du classement à chaque fois. Il produit régulièrement. Il a un style assez particulier, irrésistible qui va toucher un public adulte qui n’est pas forcément un gros lecteur de bande dessinée".


Selon les chiffres du SLF (syndicat de la librairie française) et de l’Observatoire de la librairie révélés pour l'ouverture du Festival de la bande dessinée d’Angoulême, en 2019, 41 143 titres de bande dessinée distincts ont été achetés en librairie indépendante.
55% des ventes de BD correspondent à des nouveautés de moins d’un an. C’est le manga (+16,4%) et la bande dessinée pour la jeunesse (+14,5%) qui évoluent le plus favorablement.

Un livre sur sept acheté en France est une BD, mais la situation économique et sociale des auteurs se dégrade. Depuis trois ans, ils multiplient les appels à l’aide pour faire savoir que la majorité d’entre eux vit sous le seuil de pauvreté et que leur système de retraite, eux aussi, laisse à désirer.

Regardez le reportage d' Emmanuel Wat et de Jean-Luc Pigneux :
La bande dessinée se porte bien en France, à Toulouse la plus jeune librairie a ouvert en novembre 2019
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival bd d'angoulême culture livres bande dessinée