Pas de déconfinement à Noël pour les stations de ski des Pyrénées

Selon Emmanuel Macron , il semble"impossible d'envisager une ouverture  des stations de ski pour les fêtes". Alors qu'il devait y avoir un délai supplémentaire de réflexion, c'est l'incompréhension pour les professionnels du secteur dans les Pyrénées.
Les skieurs devront encore attendre pour dévaler les pentes des Pyrénées
Les skieurs devront encore attendre pour dévaler les pentes des Pyrénées © R.Roig / AFP
Les domaines skiables français constituent un des plus vastes espaces de ski du monde. Des Alpes aux Pyrénées en passant par le Massif Central, des Vosges aux Alpes du Sud et du Jura, environ 8 millions de personnes dévalent les pentes chaque année.

Suite à l'annonce ce mardi 24 novembre du Président de la Republique précisant qu'il lui semblait "impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes", les acteurs de la montagne sont en plein désarroi.

Le Grand Tourmalet qui fait partie des plus grands domaines skiables du massif pyrénéen, regroupe 2 villages : Barèges et La Mongie. Dans cette station de ski, toutes les mesures de sécurité sanitaire ont été mises en place. "Nous avons entendu le Président de la République mais l'enjeu est fort pour Noël. C'est une saison totalement particulière, nous devons nous adapter en permanence", souligne Blandine Vernardet, directrice générale du Grand Tourmalet.

C'est la logique sanitaire qui prévaut. Il y a des discussions entre L'ANMSM, l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne, DSF, Domaines skiables de France et le Premier ministre pour une possibilité de fonctionnement à Noël. La décision devrait être prise début décembre.

Blandine Vernardet, directrice générale du Grand Tourmalet

"C'est un coup de massue, cela ne nous donne pas beaucoup d'espoir" déclare Manuel Bernia, chargé de communication de Saint-Lary, après l'annonce d'Emmanuel Macron.
"C'est une incompréhension totale et une catastrophe", insiste Anne Marty, vice-présidente DSF, domaines skiables de France et directrice générale adjointe d'Altiservice.
 

La décision d'ouvrir ou de fermer les stations, validée par le Premier ministre en réunion avec tous les acteurs de la montagne, devait être prise vers le 5 décembre. Personne ne comprend la situation et beaucoup d'annulations sont en cours.

Anne Marty, vice-présidente DSF et directrice générale adjointe Altiservice.

Les stations sont prêtes a accueillir les vacanciers. Les mesures de sécurité sanitaire ont été renforcées pour ouvrir la saison. 

Pour les remontées mécaniques :À l'École de Ski :Chez les loueurs de matériel : 

Toutes les stations de ski sont prêtes à accueillir les skieurs, le protocole sanitaire a été renforcé. Et puis, en combinaison de ski avec un masque et des gants, il n'y a pas beaucoup de chance d'attraper le virus.

Anne Marty, vice-présidente DSF et directrice générale adjointe Altiservice


Des professionnels d'autant plus amers que les stations de ski d'Andorre et celle de Baqueira Beret en Espagne ont bien l'intention d'ouvrir dès le 11 décembre.
En France, la situation sanitaire n'est pas la même dans chaque région, et les tensions hospitalières sont plus importantes dans le massif alpin. Pour l'instant, en Isère, Savoie et Haute-Savoie, les urgences ne peuvent pas se permettre d'acueillir de nouveaux patients victimes d'accidents de ski.
Le Président de la République "a évoqué la possibilité d’adapter les mesures en fonction de l’évolution régionale de l'épidémie"
 

Dans tous les massifs, l'enjeu c'est l'emploi. Pour chaque emploi dans une exploitation de remontées mécaniques, on compte cinq emplois dans les autres services de la station. 
Les stations de ski réalisent 25 à 30% de leur chiffre d'affaires pendant les vacances de Noël.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pyrénées nature montagne stations de ski économie tourisme ski sport covid-19 santé société