• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

200 places mises à disposition par l'Etat pour répondre à la crise de l'hébergement

De nombreuses associations dénoncent à Toulouse le plan hivernal qui ne permet pas d'accueillir toutes les personnes à la rue. / © Max PPP - Archives Toulouse 2017
De nombreuses associations dénoncent à Toulouse le plan hivernal qui ne permet pas d'accueillir toutes les personnes à la rue. / © Max PPP - Archives Toulouse 2017

Les associations la réclamait depuis plusieurs années. Le Cedis a révélé que L'Etat allait enfin mettre à disposition l'un de ses bâtiments sur Toulouse. Un centre d'hébergement pour 200 personnes pourrait ainsi ouvrir dans les semaines à venir. 

Par Sylvain Duchampt

C'est le Collectif d'entraide et d'innovation sociale (Cedis) qui l'a annoncé sur sa page Facebook :

"Dernière minute, info importante à partager : Ouverture dans quelques semaines d'un centre d'hébergement pour environ 200 personnes accueillies, dans un bâtiment appartenant à l'État ! Enfin des solutions pertinentes d'occupation intercalaire et le début d'une mobilisation plus importante des bâtiments publics ?
 

Une annonce vécue comme un véritable soulagement pour les associations, dans un contexte de crise où le plan hivernal ne permet pas de répondre aux besoins d'hébergement à Toulouse.
"Nous nous réjouissons que la préfecture soit enfin capable de mobiliser elle-même un tel bâtiment. Il n'y a cependant presque aucun bâtiment d'habitation appartenant à l'État et nous savons que les projets de transformation temporaire d'immeubles de bureaux sont trop coûteux pour représenter une solution pertinente" précise le Cedis.

L'emplacement gardé secret

Selon nos informations, des travaux de plusieurs semaines sont nécessaires pour permettre à cet immeuble d'ailleurs des occupants. "C'est une bonne nouvelle, reconnaît Léa Gibert, de Médecins du Monde mais cela reste une mesure de transition. Il faut dores et déjà trouver des solutions pérennes de relogement, d'accompagnement et de scolarisation pour que ce bâtiment ne devienne pas un ghetto et  permettre d'assurer la tranquillité du voisinage."
Le nom et l'emplacement du bâtiment restent pour le moment secret. La préfecture devrait en faire l'annonce en début de semaine prochaine.  

Sur le même sujet

Perpignan : en redressement judiciaire, l’entreprise New EAS est prête à redécoller

Les + Lus