Plus de 7.500 postes menacés à Air France, la base de personnel navigant Hop! à Toulouse pourrait fermer

Secoué par la crise du Covid-19, Air France pourrait supprimer plus de 7.500 postes d'ici fin 2022 dans le cadre de sa nouvelle stratégie, dont environ 6.500 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1.000 au sein de la compagnie régionale Hop. Toulouse est dans le viseur.
© Air France
C'est un nouveau trou d'air qui s'annonce pour le transport aérien. La direction du groupe Air France doit présenter vendredi aux organisations syndicales les conséquences sur l'emploi de son "plan de reconstruction", qui prévoit une coupe franche dans les liaisons intérieures. Elle dévoilera son plan au siège de Roissy pour Air France et lors d'un CSE extraordinaire à l'aéroport de Nantes pour Hop.

Au sein de la compagnie historique, les 6.560 postes supprimés (sur un peu plus de 41.000 CDI équivalents temps plein) le seront pour partie (3.500) via des départs naturels non remplacés et pour partie via des départs volontaires, même si des départs contraints ne sont pas exclus pour le personnel du réseau court-courrier, selon plusieurs sources syndicales.

Court-courrier particulièrement visé

Ces départs devraient passer par des ruptures conventionnelles collectives (RCC) pour le personnel navigant. Le SNPL, syndicat de pilotes majoritaire chez Air France, a déjà validé une RCC pour environ 400 postes. Les hôtesses et stewards négocient encore avec la direction, qui ambitionne de "réduire significativement, dès le 4e trimestre 2020", un sureffectif estimé à 1.680 postes en 2021.
Pour le personnel au sol, la direction évalue le sureffectif à 2.630 postes (hors départs naturels non remplacés) et s'oriente vers "un projet de PDV-PSE" (plan de départs volontaires-plan de sauvegarde de l'emploi, ndlr) destiné à "accompagner les réductions d'emploi en privilégiant le volontariat". Pour le réseau court-courrier, particulièrement visé, une offre d'emploi interne sera proposée à ceux qui n'ont pas souhaité prendre le PDV.

 Fermeture de sites dont un à Toulouse

 La compagnie régionale Hop, qui compte actuellement quelque 2.400 postes équivalents temps plein de source syndicale, va être particulièrement touchée par les suppressions de postes: un peu plus de 1.000 doivent disparaître. Ses sites de maintenance à
Morlaix et Lille ainsi que sa base de personnel navigant de Toulouse sont menacés, affirment des sources concordantes.
Le choc lié à l'épidémie de Covid-19 a été sans précédent pour le groupe Air France comme pour ses rivaux internationaux, qui ont enchaîné ces dernières semaines les annonces de coupes claires dans leurs effectifs: 22.000 chez le groupe allemand Lufthansa, 12.000 chez British Airways ou encore 10.000 pour l'américain Delta Air Lines.  L'Etat français, actionnaire d'Air France-KLM, a apporté un soutien financier de 7 milliards d'euros au groupe franco-néerlandais, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêt direct, en lui demandant d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental. En réponse, le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith, a annoncé fin mai la réduction du réseau français
(déficitaire) de 40% d'ici à la fin 2021. 
   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie transports aériens transports social