Pourquoi le gratin de la météo par satellite est-elle en congrès à Toulouse ?

Jusqu'à la fin de la semaine, 400 spécialistes sont en congrès à Toulouse pour la conférence Eumetsat sur les satellites météo. Eumetast est basée en Allemagne alors pourquoi organise-t-elle son congrès dans la ville rose ?

© AFP

Eumetsat, c'est quoi ?

Eumetsat est une organisation européenne pour l'exploitation des satellites météo. Cette structure intergouvernementale est basée en Allemagne à Darmstadt. L'organisation traite notamment les informations des 4 satellites Météosat et de deux satellites Metop.

L'objectif principal  est la mise en place, la maintenance et l'exploitation des systèmes européens de satellites météorologiques. Eumetsat est responsable du lancement et des opérations des satellites, ainsi que d'en acheminer les données aux utilisateurs de ses 30 états membres tout en contribuant à l'observation climatique et la détection des changements climatiques. 

Pourquoi organiser la conférence à Toulouse ?

Tout simplement parce qu'hormis ses qualités touristiques et gastronomiques, la ville rose regroupe un nombre impressionnant de centres de recherche et scientifiques liés à la météorologie regroupés au Météopôle derrière le quartier des Pradettes à Toulouse. Certains sont connus, d'autres moins. Le météopôle s'étend sur 45 hectares. 1500 personnes y travaillent. Il regroupe :

- Le Centre national  de prévision météorologique, le CNP

C'est là que sont faites les prévisions météo, notamment celles consultables sur le site de météo France.

- Le centre de calcul, avec les supercalculateurs de Météo-France

Depuis janvier 2014, Météo-France dispose de 2 supercalculateurs, l'un installé sur le site toulousain de l'établissement, l'autre dans la salle de calcul mutualisé de l'espace Clément Ader. Ces supercalculateurs travaillent en temps réel pour les besoins de la prévision. Ils permettent également de reconstituer les conditions climatiques passées à partir d'archives d'observations ou d'en simuler les évolutions futures. Enfin, ils sont utilisés dans la recherche sur les phénomènes atmosphériques.

- L'école nationale de la météorologie (ENM)

Rattachée à l'institut national polytechnique de Toulouse, l'ENM forme notamment des ingénieurs qui deviendront les personnels fonctionnaires de Météo France, ou de l'armée. Elle s'est installée à Toulouse en 1982.

- Le centre national de rech​erches météorologiques (CNRM)

Il s'agit du service recherche de Météo France. Sa plus grande partie (à l'exclusion de services purement techniques) forme une unité mixte de recherche associée au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), sous le nom de CNRM-GAME. Le CNRM travaille notamment sur la prévision météo,  la physique et dynamique de l'atmosphère, la connaissance du climat, l'interactions entre l'homme, le climat et l'atmosphère, le programme International Géosphère-Biosphère... 

- Le centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (CERFACS)

Le Cerfacs est un centre de recherche qui développe des méthodes de simulation numérique avancées ainsi que les solutions  algorithmiques pour les plus grands problèmes scientifiques et techniques abordés dans la recherche publique et industrielle. Environ 150 personnes travaillent au CERFACS dont plus de 130 chercheurs et ingénieurs issus de 10 pays différents. Des physiciens, mathématiciens appliqués, analystes numériques et ingénieurs logiciels qui utilisent des moyens de calcul les plus puissants à l'heure actuelle.

- Le Service Central d'Hydrométéorologie et d'Appui à la Prévision des Inondations (SCHAPI)

Face à la menace des « orages cévenols » et des crues torrentielles, le SCHAPI, Service Central d’Hydrométéorologie et d’Appui à la Prévision des Inondations a été créé en juin 2003. Le SCHAPI  réunit des experts en météorologie et en hydrologie qui aident les services de prévision des crues au niveau national et effectuent une veille hydrométéorologique 24 heures sur 24 localisée sur les bassins rapides. Le Schapi de l’information à destination du public sous la forme d’une carte de vigilance inondation

- Le Centre Interarmées de Soutien Météo-océanographique a​ux Forces (CISMF)

Le Centre interarmées de soutien météorologique et océanographique des forces livre, avec le concours de Météo France, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, des informations essentielles sur le temps, la nébulosité, le vent, à toutes les unités françaises de terre, de mer ou de l'air déployées dans le monde.

- Un Centre International de​ Conférences (CIC)


- Airbus space and défense

Autre acteur météo, qui n'est pas situé lui au Météopôle, Airbus Space and defense qui participe à la conception des satellites Metop, utilisés par Eumetsat.   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo recherche sciences sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter