Près de Toulouse, le trafic de tabac entre la France et l'Andorre s'intensifie

Malgré la fermeture des frontières entre la France et l'Espagne pour cause de coronavirus, les saisies liées au trafic de cigarettes sont en augmentation ces dernières semaines. Les brigades n'hésitent pas à collaborer pour faire face à des contrebandiers plus dangereux et mieux organisés. 

Les saisies de cartouches de cigarettes
Les saisies de cartouches de cigarettes © Douanes françaises Toulouse

Pour faire face à l’importance du trafic de tabacs entre la France l'Espagne et l’Andorre, on assiste à une collaboration opérationnelle entre les différentes unités. La brigade des douanes d’Ax Les Thermes a réactivé depuis le mois de septembre 2020 un travail régulier avec les unités de Bourg-Madame et de Porta ainsi qu’avec le service andorran de l’Antifrau.

Des saisies de cigarettes en augmentation 

Entre le 18 et le 28 février, la brigade d’Ax-Les-Thermes a saisi -seule ou en collaboration avec les unités de la direction de Perpignan- prés de 227 kg de cigarettes, soit plus de 1 135 cartouches. Un travail conjoint qui se fait aussi avec les autorités d'Andorre. Les dernières opérations réalisées avec l’Antifrau andorrane ont permis la saisie de 122 kg environ de tabacs. Pour l'année 2020, près de 16 T de cigarettes (15 831 Kg exactement) ont été saisies en Occitanie, soit une augmentation de 5%.

Un trafic de plus en plus organisé et dangereux

"Nous avons toujours un trafic classique avec le retour aussi des contrebandiers à l'ancienne qui passent les frontières à pied. Mais il existe de véritables réseaux organisés depuis Toulouse et Perpignan. Avec des gens qui sont prêts à tout et qui ne s'arrêtent plus aux contrôles". Philippe Maslies-Latapie est chargé des relations avec la presse. Il confirme que les douaniers ont de plus en plus de mal à faire leur travail, d'où la nécessité de renforcer les brigades en faisant appel à d'autres unités de Perpignan ou d'Andorre. "Il y a de plus en plus d'accidents. On doit parfois utiliser des herses pour obliger les trafiquants à s'arrêter. Certains paient des passeurs. Alors nous renforçons nos moyens avec des agents mieux équipés et des brigades supplémentaires. Nous protégeons ainsi le réseau de vente des bureaux de tabac français mais aussi les rentrées fiscales de l'Etat."  

Avec les différences de politiques fiscales pratiquées, En France, en Espagne ou dans la principauté d'Andorre, le trafic s'est intensifie. Avec des pratiques qui se rapprochent de trafics plus importants comme celui des stupéfiants. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
andorre trafic économie douanes société