Procès Clain : une famille soudée jusque dans la radicalisation

© Dessin Sylvain Lorelle
© Dessin Sylvain Lorelle

Anne Diana Clain a été condamnée à 9 ans de prison ce mercredi 20 novembre pour avoir tenté de rejoindre ses fères en Syrie au sein de l'Etat Islamique. Une audience devant le tribunal correctionnel de Paris qui a montré une famille toulousaine soudée dans la radicalisation.

Par Juliette Meurin

Anne Diana Clain et son compagnon Mohamed Amri ont été condamnés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. 9 ans de prison pour elle. 10 ans pour lui.
La soeur aînée des Toulousains Jean-Michel et Fabien Clain était poursuivie pour avoir tenté de rejoindre ses frères en Syrie au sein de l'Etat Islamique avec son mari et 4 de ses enfants mineurs.

Le procès n’a pas permis d’en savoir beaucoup plus sur les frères Clain qui ont rejoint l’Etat Islamique en 2014 et 2015 et qui étaient devenus les voix françaises de Daesh, revendiquant de nombreux attentats commis en Europe et appelant au Jihad mais il a montré une famille soudée jusque dans la radicalisation.
"Un clan, dira l’avocate générale dans son réquisitoire, qui s’est constitué au fil des années par le biais de mariages arrangés et qui a engendré trois générations de jihadistes."
 

Les mariages arrangés

Dans cette famille, les filles deviennent femmes et mères dès l’adolescence. Anne Diana Clain a eu son premier enfant (Jennyfer) à l’âge de 15 ans. Elle était à ce moment-là au collège, en quatrième, alors elle a mis fin à sa scolarité. 
"Et comment a réagi votre mère ?" lui demande la présidente du tribunal correctionnel.
"Elle a rien dit, je pense qu’elle a elle-même été fiancée à 14 ans, elle ne voyait pas le mal", répond Anne Diana Clain aujourd’hui âgée de 44 ans.

La sœur aînée des frères Clain a eu ensuite deux autres enfants avec un autre homme : Fanny et Isamël. Mais le couple se sépare.
Elle se marie ensuite civilement avec un homme que lui a présenté Mohamed Amri (son actuel compagnon condamné comme elle pour association de malfaiteurs terroristes).
"Mais vous le connaissiez ?" lui demande la présidente du tribunal.
"Un peu oui, on avait fait connaissance", répond Anne Diana Clain.

La relation dure à peine un mois, elle se marie alors religieusement cette fois avec Mohamed Amri qui était, lui, déjà marié civilement et religieusement et qui avait 6 enfants.
A ce moment là on est en 2001. Toute la famille Clain, initialement catholique, s’est convertie à l’islam depuis un peu plus d’un an. En partie grâce à Mohamed Amri.
"On se posait des questions d’ordre religieux a expliqué Anne Diana Clain et Mohamed Amri est arrivé au bon moment. On avait déjà fait un grand chemin, il a répondu à nos questions et on s’est converti les uns après les autres."

Jennyfer Clain, la première fille d’Anne Diana, est mariée religieusement à Kévin Gonot en 2006. Elle n’a que 16 ans. Ce sont ses oncles qui ont choisi pour elle. Elle part en Egypte.
"Mes deux frères sont en Egypte pour étudier à l’époque, dit Anne Diana Clain devant le tribunal, donc elle était pas toute seule. Mes frères connaissaient ce jeune qui était déjà là-bas."
"Il avait 17 ans ?" demande la présidente.
"Oui, elle voulait faire des études en Egypte, apprendre l’arabe et comme c’était l’âge d’avoir un copain, elle l’a fait religieusement."

Jennyfer a eu son premier enfant à 17 ans en Egypte où elle reste avec Kevin Gonot jusqu’en 2014. Date à laquelle elle rejoint le clan Clain en Syrie.


La deuxième fille d’Anne Diana Clain, Fanny, est elle mariée à l’âge de 18 ans. Un mariage précipité juste avant son départ en Syrie en février 2015. Cette fois encore, c’est l’oncle Fabien qui choisit. Mais cela ne semble pas poser de problème à Anne Diana Clain.
"Quand il y a eu la rencontre, j’étais là et ils avaient l’air de se plaire" a-t-elle expliqué au tribunal.
 


Le chemin vers la famille et l'Etat Islamique

Anne Diana Clain a tenté de rejoindre le clan en août 2015. Elle part vers la Syrie avec son mari Mohamed Amri et ses 4 enfants mineurs.
C'est son frère Jean-Michel qui les guide. Refoulés à la frontière entre la Turquie et la Syrie, ils s'installent en Bulgarie et sont aidés financièrement par le frère de Anne Diana. Ils y restent pendant 9 mois jusqu'en mai 2016.
Pendant cette période, des attentats sont commis en France le 13 novembre. Le 14 novembre un message de revendication est publié sur le site de propagande de l'Etat Islamique. Il est accompagné d'un chant et d'un texte en français attribués aux frères Clain. Ils avaient déjà, depuis leur arrivée au sein de l'EI, écrit et interprété de nombreux chants (anasheed) en français appelant au jihad ou revendiquant des attentats.

Pour l'avocate générale, Anne Diana Clain ne pouvait ignorer contrairement à ce qu'elle prétend, les paroles haineuses chantées par ses frères et leur départ vers la Syrie ne pouvait pas être complètement déconnecté d'intentions terroristes.

Devant la justice, Anne Diana Clain a plaidé la naïveté. Une stratégie selon l'avocate générale. Le tribunal correctionnel a entendu ses remords mais il l'a reconnue coupable, estimant notamment que l'acharnement à passer en Syrie était démontré, qu'elle n'avait jamais renoncé et que son projet n'avait échoué que parce qu'elle avait été arrêtée en Turquie en juillet 2016.

Anne Diana Clain est la première de la famille à avoir été jugée. Ses frères ont été tués en mars dernier par une frappe de la coalition. Sa mère qui avait également rejoint la Syrie est morte en 2015. Sa fille Jennyfer arrêtée en Turquie a été expulsée vers la France en septembre dernier. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus