• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un professeur évincé de l'Université Jean Jaurès de Toulouse pour son appartenance à la Manif pour Tous

Philippe Soual, professeur de philosophie à l'Institut Catholique de Toulouse et au Lycée Pierre Fermat, participe régulièrement aux réunions de la Manif pour Tous. / © France 3 Occitanie
Philippe Soual, professeur de philosophie à l'Institut Catholique de Toulouse et au Lycée Pierre Fermat, participe régulièrement aux réunions de la Manif pour Tous. / © France 3 Occitanie

Philippe Soual, professeur de philosophie et membre de la Manif pour Tous, devait intervenir, en qualité d’intervenant extérieur, au sein de l'Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Une venue jugée risquée par le département de philosophie qui, sous la pression, a préféré l'évincer. 

Par Sylvain Duchampt

Philippe Soual est bien connu dans le milieu de la philosophie. Ce spécialiste de la pensée de Hegel enseigne au Lycée Pierre de Fermat. De novembre à février prochain, il devait intervenir à l'Université Toulouse 2 Jean Jaurès. Une participation comme intervenant extérieur dans le cadre de la préparation à l'agrégation. Mais l'idée a tourné court.
Le professeur agrégé s'est aussi fait connaître ces dernières années pour son implication au sein de la Manif pour Tous.  
 
Intervention de Philippe Soual à Quiberon en 2015
Durant l'université d'été de la Manif pour Tous, Philippe Soual, s’était attaqué aux « sophismes » de Judith Butler (la philosophe américaine pionnière des études sur le genre) et Simone de Beauvoir.

Un engagement loin d'être au goût d'étudiants et d'enseignants de l'université toulousaine, connue pour son positionnement à gauche. Sous la pression, la présidence a préféré l'évincer : "Dans l'intérêt de cet intervenant qui n'appartient pas à notre établissement, devant les risques potentiels de troubles entre lui et certains étudiants, dans le contexte troublé que connaît l’université et du fait de la proximité des élections, le département de philosophie de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès a estimé plus prudent d’annuler sa venue.

Cette décision n'a pas tardé à faire réagir les milieux d'extrême droite toulousains, comme l'Action Française.
Et enchanter ceux de l'extrême gauche
 

Contacté, Philippe Soual assure avoir "pris acte de la décision des autorités de l'université Jean Jaurès et ne souhaite pas faire de commentaire" sur cette affaire. 

Sur le même sujet

Le soulagement de Michael Guigou après la victoire du MHB sur Rhein Neckar

Les + Lus