Régionales 2021 en Occitanie : PS et RN, quand les prévisions sont déjouées

Les sondages donnaient Jean-Paul Garraud (RN) en tête des élections régionales en Occitanie. Mais c'était avant le scrutin. Selon les premiers résultats à la sortie des urnes, c'est bien Carole Delga qui est en pole position avec près de 40%. Ambiance dans les quartiers généraux des deux candidats.

Le café du commerce place Dupuy à Toulouse, QG de Carole Delga au soir du premier tour des élections régionales - 20 juin 2021.
Le café du commerce place Dupuy à Toulouse, QG de Carole Delga au soir du premier tour des élections régionales - 20 juin 2021. © J.Meurin/FTV

Devant une école, sur les boulevards, dans le centre-ville de Toulouse, un homme s’attarde devant les panneaux électoraux, semblant encore hésiter entre deux candidats avant d’aller voter. Il est un peu plus de 18 heures. Il reste encore deux heures avant la fermeture des bureaux de vote.

Place du Capitole, un couple de touristes se prend en photo. Un selfie entre deux averses. Le temps est à l’orage en ce soir d’élections. Un conflit entre deux masses d’air a annoncé Météo France.

Dans un grand hôtel, des journalistes préparent leur direct pour les journaux télévisés. Le salon a été privatisé pour la soirée par le Rassemblement National. Mais à 19 heures, aucun militant n’est présent. Pas plus que le candidat qui mène la liste RN, Jean-Paul Garraud. Ils devraient tous arriver un peu avant 20 heures pour les premiers résultats nous dit un responsable de la campagne électorale. Mais ils ne seront qu’une vingtaine. Quand la salle a été réservée, la jauge a été fixée à 20 personnes maximum.

Dehors, les éboueurs entament le ramassage des poubelles. Des glaneurs tentent de récupérer quelques restes encore bon à manger. Sur la très chic place Saint Georges, les Toulousains sont déjà attablés pour un dîner en famille ou entre amis. Il est 19h30.
Au QG de Carole Delga, installé au café du commerce place Dupuy, le numéro 2 de la liste de la présidente sortante de la région Occitanie fait les 100 pas. Vincent Bounes a l’œil rivé sur son téléphone. Ce médecin urgentiste, président du SAMU 31, était le candidat surprise des socialistes pour cette campagne des élections régionales.

Il est 20 heures. Les premiers résultats des sondages sortis des urnes viennent de tomber. Devant l’entrée du grand hôtel de l’Opéra, place du Capitole, le directeur de campagne de Jean-Paul Garraud est au téléphone. C’est une claque pour le RN au niveau national dit-il à son interlocuteur. Toujours aucune trâce ni des militants ni de la tête de liste du parti d’extrême droite. Le Rassemblement National en Occitanie qui était annoncé (lors des derniers sondages avant le scrutin) à 30% voire 33% devant la liste PS de Carole Delga n’arrive finalement qu’en deuxième position. Il obtiendrait 22% et le PS près de 40%.

20h30, le candidat Garraud arrive avec son épouse et quelques colistiers. Brigitte Gazel, 30ème sur la liste RN aux Régionales est en robe de soirée, un drapé mauve qu’elle assume totalement tout comme le résultat du Rassemblement National. "Je suis très heureuse", dit-elle. "On est au second tour, c’est parfait". Elle n’est pas déçue car explique-t-elle, elle ne croit pas aux sondages. Selon elle, les Français ne se sont pas "réveillés". Même analyse pour l’eurodéputé Garraud qui explique aux journalistes que l’abstention fausse les résultats. "Ce n’est pas un résultat révélateur", dit-il. Et puis trois candidats à droite forcément cela l’a défavorisé affirme-t-il. Déçue, l'une des rares militantes présente répète à qui veut l'entendre : "la dédiabolisation cela ne fonctionne pas".

 

Des danseurs de tango place du Capitole à Toulouse
Des danseurs de tango place du Capitole à Toulouse © J.Meurin/FTV

22h00, place du Capitole, une quinzaine de couples dansent le tango. La nuit est tombée et les Toulousains profitent des derniers instants avant la fin du couvre-feu.

Au café du commerce, place Dupuy, les militants socialistes attendent Carole Delga. Ils sont une trentaine. Des sympatisants, des colisitiers qui ne cachent pas leur plaisir. Comme Elizabeth, 50 ans, pas fâchée de voir le score de la présidente sortante de la Région et celui du RN. C'était une belle surprise ? "Une bonne nouvelle", rectifie-t-elle. "Les gens se sont mobilisés et ont décidé d'aller voter. C'est ce qui s'est passé dans mon entourage" pécise-t-elle. "Les gens ne voulaient pas que le RN passe en pemier".

Pour le médecin de l'équipe, Vincent Bounes qui vit sa première campagne c'est un ascenseur émotionnel. "On se bat pour des valeurs, on a cru que l'on serait derrière le RN et finalement on est devant. C'est une satisfaction. Mais attention, ajoue-t-il aussitôt, ce n'est pas une victoire. Il y a le second tour. C'est une reconnaissance du travail fait par Carole Delga. Je suis assez content", reconnait-il.

 

Carole Delga arrive sous les applaudissements. Elle tient à féliciter toute son équipe, tous ceux qui ont tracté pendant ces dernières semaines. "Je sais ce que je vous dois, merci," leur dit-elle tout en leur donnant rendez vous le lendemain dès 8 heures pour attaquer le second tour.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections parti socialiste rassemblement national carole delga