En s'inclinant face au Racing 92, le Stade Toulousain dit adieu aux phases finales du Top 14

© REMY GABALDA / AFP
© REMY GABALDA / AFP

C'est un séisme pour le Stade Toulousain. En s'inclinant 8 à 10 au Stadium de Toulouse face au Racing 92, il rate sa dernière chance d'accéder encore aux phases finales du Top 14. Une première depuis 41 ans.

Par LB avec AFP

Le Stade Toulousain devait à tout prix l'emporter ce dimanche face au Racing 92 pour espérer arracher l'un des trois derniers billets synonymes de phases finales. Las. Les Rouge et Noir, à l'arrêt, se sont inclinés 8 à 10 face au champion de France en titre. Ils seront absents du Top 6 pour la première fois depuis 41 ans. 

Une saison noire

A deux journées de la fin de la saison régulière, les Rouge et Noir, douzièmes au classement (48 points), comptent en effet six points de retard sur la sixième et dernière place qualificative. Un fossé impossible à combler car il suppose que ses concurrents, qui sont six à compter 53 et 54 points, perdent tous leurs matchs.
"A part deux accidents d'avions et quelques de bus ou alors quelques fusions ici et là, ça paraît loin", a soupiré l'entraîneur toulousain Ugo Mola dont les joueurs ont perdu huit de leurs neuf dernières rencontres toutes compétitions confondues. "C'est une saison noire. J'avais imaginé le pire, le scénario de l'horreur, je l'avais très souvent entrevu mais là, ce soir, c'est difficile à digérer", a ajouté Mola, qui a succédé il y a deux ans sur le banc toulousain à Guy Novès, devenu sélectionneur du XV de France.

Fin de l'histoire

Sous les yeux de Guy Novès, dans les tribunes du Stadium, les Rouge et Noir ont tourné une page d'histoire à l'issue d'un lent déclin entamé depuis 2012, année du dernier des dix-neuf Brennus du club.
Secoué par les luttes intestines autour de sa présidence, confronté à des difficultés financières et au départ de la génération des trentenaires historiques (Johnston, Albacete, Steenkamp, McAlister et probablement Dusautoir), le club va désormais devoir reconstruire autour de ses jeunes. "Il faudra passer à la suite assez rapidement", a insisté Mola, balayant toute idée de "jeter l'éponge".
Dimanche face au Racing, champion en titre qui grimpe lui à la 5e place et compte un match en retard, l'histoire des dernières semaines s'est répétée pour les Toulousains, plombés comme à Toulon le week-end dernier par un essai de pénalité et un carton jaune dès l'entame (9e) après que Gaël Flickou ait volleyé le ballon pour empêcher Gerbrandt Grobler d'aplatir. Menés 10-0 en moins de dix minutes, ils n'ont jamais réussi à revenir malgré de nombreuses occasions d'essais en deuxième période après le carton jaune infligé au pilier Viliamu Afatia (58e). Mais c'est d'abord Yoann Huget qui s'est vu refuser un essai (61e) pour un pied en touche, avant que Yacouba Camara ne relâche le ballon au moment d'aplatir et que Sébastien Bézy (66e) ne soit repris sur la ligne. Maxime Médard a bien fini par aplatir (79e), alors que Toulouse était à 15 contre 13 après le carton rouge infligé
à Afatia (72e) et le jaune à Tameifuna (78e), après une succession interminable de mêlées qui aurait pu entraîner un essai de pénalité selon les Toulousains.
Mais il était trop tard et de toute façon Luke McAlister a manqué la transformation en coin qui aurait pu signer le nul et laisser un infime espoir aux Toulousains.

Les Toulousains ont couru après le score

Après avoir encaissé un essai de pénalité  dès la 9ème minute, les Toulousains ont longtemps couru après le score. L'essai inscrit par Maxime médard en toute fin de match n'aura pas suffi à les délivrer. De quoi nourrir les regrets d'une saison ratée.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus