Sous-traitants d'Airbus : au 3ème jour de grève, opération escargot des salariés de Sabena Technics

Au 3ème jour d'un mouvement de grève débuté ce jeudi, les réunions syndicats-direction se multiplient sans aboutir à un accord chez Sabena Technics, un sous-traitant d'Airbus. Les grévistes organisent ce samedi matin une opération escargot entre Cornebarrieu et Blagnac.

Les salariés de Sabena Technics ont entamé ce samedi leur troisième jour de grève. Depuis jeudi, ils réclament des primes pour revaloriser les bas salaires. Mais les réunions avec la direction n'ont pour l'instant pas abouti. 

Opération escargot

Ce samedi matin, les salariés ont décidé d'organiser une opération escargot entre le site de Cornebarrieu et Blagnac : "hier lors de la deuxième réunion avec la direction, nous n'avons pas obtenu gain de cause sur nos revendications, explique Ryan Roman, délégué syndical CGT, nous devons continuer le combat."

Des salariés mobilisés

Les salariés du sous-traitant d'Airbus, spécialisé dans la peinture d'avions, sont en grève depuis jeudi 6 octobre La CGT et FO demandent l'application de la prime Macron à hauteur de 1500 euros, une prime pour le décapage et des indemnités kilométriques.

Selon la CGT, 100% des ouvriers étaient grévistes jeudi et vendredi : "Ce n'est pas étonnant, 70% des ouvriers ont un salaire inférieur au SMIC ! Si on retire du salaire de base les tickets restos et le prélèvement à la source, ils touchent même pas 1300€ par mois", déplore Djamel Semmach syndiqué à la CGT. 

Des négociations qui trainent

Plusieurs réunions de négociations ont déjà eu lieu depuis le début du mouvement. Mais elles ne satisfont pas les syndicats. 

La direction propose une prime macron de 500 euros. Elle a refusé l'idée d'une prime de décapage. Seule avancée : la mise en place d'un forfait pour les frais kilométriques à hauteur de 85 euros par mois et par salarié. 

Une nouvelle rencontre syndicats-direction est prévue ce samedi après-midi. Mais les syndicats sont inquiets car plusieurs avions, en cours de peinture ont été déplacé des hangars :"On a le sentiment qu'ils nous mettent la pression pour nous faire reprendre le travail", nous confie Ryan Roman. 

Pas d'épilogue avant lundi

Quel que soit le contenu de cette dernière réunion ce samedi après-midi, les syndicats attendront ce lundi pour évoquer la suite à donner au mouvement. Ils préfèrent d'abord obtenir l'aval des salariés grévistes.