Stade Toulousain : Maxime Médard va bien et n'envisage pas de prendre sa retraite

L'arrière ou ailier de Toulouse Maxime Médard, âgé de 33 ans, a indiqué vendredi 13 novembre qu'il n'avait pas "pris de décision" sur la fin de sa carrière, contrairement à son compère Yoann Huget qui arrêtera à l'issue de la saison.
 
Maxime Médard, le 19 janvier 2020.
Maxime Médard, le 19 janvier 2020. © Remy Gabalda/AFP
Yoann Huget, 33 ans aussi et 62 sélections avec le XV de France, a annoncé dimanche 8 novembre disputer sa dernière saison sous le maillot rouge et noir du Stade Toulousain. "Yo va tout faire pour terminer sur un titre", a assuré son ami et coéquipier Maxime Médard, à la veille du déplacement à Pau comptant pour la 9ème journée de Top 14.

"Je me sens bien"

"Pour ma part, je n'ai pas pris de décision", a ajouté Maxime Médard, qui compte une sélection de plus (63) avec les Bleus. "Je me sens bien. Je suis encore sous contrat avec une année en option", a-t-il souligné. Une option activée automatiquement en fonction d'un nombre de matches.
    
Professionnel depuis 2004, Maxime Médard a remporté six titres avec son club formateur : quatre championnats de France (2008, 2011, 2012 et 2019) et deux Coupes d'Europe (2005 et 2010). "J'ai presque fait toute ma carrière ici. J'ai la chance d'être dans un grand club et j'ai toujours cette envie d'apporter. Peut-être différemment, je suis plus dans la transmission", a-t-il distillé.
    
Avec les Bleus, Maxime Médard a été titulaire en finale de la Coupe du monde 2011 perdue d'un rien face à la Nouvelle-Zélande (9-8). Avec Alexis Palisson (Colomiers, D2), Morgan Parra (Clermont), Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Jean-Marc Doussain (Lyon) et François Trinh-Duc (Racing), c'est l'un des derniers joueurs de cette épopée encore actifs.

"On n'est que de passage"    

La carrière de Yoann Huget, qui a mis du temps pour s'imposer à Toulouse et a manqué deux Coupes du monde - la première (2011) pour manquements au contrôle antidopage et la seconde (2015) sur blessure -, fut moins linéaire. "Il a su rebondir. Il est parti du Stade puis est revenu pour s'imposer. C'est un grand sportif", l'a félicité Maxime Médard. 
    
"Je le sens plus apaisé depuis qu'il s'est livré. On n'est que de passage, le maillot n'appartient à personne et ce sera sans doute bientôt mon tour", a encore dit Maxime Médard pour qui "la relève est là", personnifiée par l'ailier Matthis Lebel qui "va devenir un grand joueur".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stade toulousain rugby sport