Tennis : quand Hugo Gaston passait pour la première fois devant les caméras de France 3 Occitanie

Le tennisman toulousain Hugo Gaston est sorti soudainement de l'anonymat, à la faveur d'un parcours remarquable et très remarqué à Roland-Garros. En 2013, une équipe de France 3 Occitanie l'avait rencontré alors qu'il s'était qualifié pour le tournoi des Petis As de Tarbes.
La première télé d'Hugo Gaston, alors âgé de 12 ans
La première télé d'Hugo Gaston, alors âgé de 12 ans © FTV/T.Villeger
C'était en 2013. Hugo Gaston n'était pas encore tennisman professionnel, mais il en prenait le chemin. Alors âgé de 12 ans, il est sélectionné pour participer aux Petits As de Tarbes, le tournoi mondial réservé aux joueurs de moins de 14 ans. Une équipe de France 3 Occitanie (anciennement France 3 Midi-Pyrénées) réalise un reportage au Pôle Espoir de la Ligue de tennis de Balma, en banlieue toulousaine. On y découvre, parmi d'autres jeunes joueurs en pleine préparation, le visage encore enfantin d'Hugo, déjà très décontracté devant l'objectif de la caméra lorsqu'il répond aux interviews.

 Regardez le reportage tourné à l'époque par Karine Pellat et Thierry Villeger :
Tennis : quand Hugo Gaston passait pour la première fois devant les caméras de France 3 Midi-Pyrénées

Le sourire et l'envie de jouer

Dans le reportage apparaît également Marc Barbier, alors entraîneur des jeunes espoirs de la Ligue Midi-Pyrénées de Tennis, devenue Ligue d'Occitanie. Il souligne le point commun entre ces jeunes champions.

"Ils ont des qualités d'adresse et de coordination, et sont capables de rester longtemps sur le terrain, avec toujours le sourire et l'envie de jouer"...

Marc Barbier, entraîneur de tennis

 
Sept années ont passé. Marc Barbier est resté l'entraîneur d'Hugo Gaston, révélation française de ce tournoi de Roland-Garros 2020. Le gaucher aux amorties ravageuses et au sourire en coin a marqué les esprits grâce à son jeu flamboyant et spectaculaire. L'ancien "petit as" a démontré lors de sa victoire contre Stan Wawrinka, puis lors de son match héroïque contre Dominic Thiem, qu'il avait gardé le sourire, la décontraction, et toujours l'envie de jouer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tennis sport roland-garros télévision médias