Thomas Pesquet repart en orbite le 22 avril, mission suivie par la cité de l'espace de Toulouse

Thomas Pesquet repart donc à 400 kilomètres de la terre, dans la station spatiale internationale. L'astronaute préféré des Français, formé à Toulouse, a prévu plusieurs rendez-vous hebdomadaires avec des médias et le départ de la mission Alpha sera retransmis via la Cité de l'Espace.

Thomas Pesquet sera le premier français commandant de bord de la Station spatiale internationale lors de son prochain séjour dans l’espace.
Thomas Pesquet sera le premier français commandant de bord de la Station spatiale internationale lors de son prochain séjour dans l’espace. © Bill Stafford / NASA / AFP

C'est un véritable ambassadeur qui s'apprête à vivre sa deuxième mission en orbite. Thomas Pesquet, 43 ans, s'envolera de la Floride, jeudi 22 avril, direction l'ISS, la station spatiale internationale dont il sera commandant de bord durant environ un mois, vers la fin de la mission Alpha. Une première...

"J'ai la chance d'être le premier Français aux commandes d'un véhicule spatial. C'est grâce à l'histoire, à la place de la France et de l'Europe dans les vols habités, c'est une reconnaissance pour tout le monde", s'est félicité l'astronaute préféré des Français il y a quelques jours.

Autre première de la mission Alpha : Thomas Pesquet sera le premier Européen à rejoindre l'ISS à bord d'un vaisseau privé américain, la capsule Crew-2 Dragon de Space X, qui doit décoller depuis le Kennedy Space Center en Floride, avec trois autres astronautes (les Américains Megan Mc Arthur et Shane Kimbrough, et le Japonais Akihiko Hoshide).
 

Les principaux objectifs de la mission Alpha

Comme toujours, la science est au coeur de la mission spatiale. Véritable laboratoire sur orbite, l'ISS (station spatiale internationale), permet de réaliser des expériences impossibles à mener sur terre du fait de la gravité. Avec ses homologues, Thomas Pesquet sera chargé de nombreuses expériences conçues et surveillées par des scientifiques et chercheurs au sol, parmi lesquelles le vieillissement de cellules souches de cerveau dans une boîte de Petri pour mieux comprendre des pathologies comme la maladie d'Alzheimer.

Thomas Pesquet emmènera à bord de la station, et ce pour évaluer leur "comportement", un emballage biodégradable ou comestible (expériences « Renewable Foam »  et « Edible Foam »), ou encore le fameux Blob pour une étude comparée avec des lycéens au sol d’un Physarum polycephalum, organisme unicellulaire.

Carnet de bord et autres chroniques

Thomas Pesquet a aussi pris des engagements vis-à-vis des Français qui ont tant admiré sa première mission. Chaque samedi à 13 heures sur France Inter, il présentera son "journal de bord", a annoncé vendredi la radio publique. Cette initiative permettra à Thomas Pesquet, tout au long de sa mission dans l'espace qui doit durer six mois, de raconter son séjour orbital. 

A partir du 24 avril, tous les samedis, dans le journal de 13h, les auditeurs de France Inter pourront ainsi découvrir et suivre le quotidien de l'astronaute, ses impressions, ses défis, les différentes expériences effectuées à bord de la station spatiale grâce aux questions de Sophie Bécherel.

France Inter

L'occasion peut-être d'apprendre si les petits plats français mitonnés pour l'équipage auront tenu leurs promesses.

L'astronaute s'est également associé à une autre station de Radio France, Fip, dont il est fan, sur laquelle il diffusera chaque semaine un message et partagera ses coups de coeur et souvenirs musicaux. La radio a également développé des playlists pour accompagner en musique son odyssée de l'espace.

Départ en direct via la cité de l'espace de Toulouse

Même fermée pour cause de Covid 19, la cité de l'espace de Toulouse ne pouvait manquer de faire écho à cet événement international qu'est le départ de Thomas Pesquet avec la mission Alpha. Le départ de la capsule Crew Dragon Endeavour de la firme SpaceX est prévu le jeudi 22 avril à 06h11 heure locale de Floride, soit 12h11 pour la France Métropolitaine. A suivre sur le site du musée toulousain.

 

"Un monde revenu à la normale"

Si Thomas Pesquet se dit depuis plusieurs jours impatient de partir, notamment pour faire "un break" avec l'actualité pesante que provoque la pandémie de coronavirus, l'astronaute a également exprimé l'espoir de retrouver au bout de six mois "un monde revenu à la normale".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
espace culture sciences cité de l'espace thomas pesquet le spationaute normand