Un Toulousain victime d'humiliations et de harcèlement au sein de la marine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt .

En 2016, Arnaud (prénom modifié) est incorporé comme aspirant au sein du groupement des plongeurs démineurs (GPD) de la Manche. Deux ans plus tard, le Toulousain dépose plainte au parquet militaire de Rennes. Il dénonce les humiliations répétées subites au sein de ce corps d'élite de la marine.

Choisir entre être plongeur qualifié dans le civil ou incorporer le prestigieux groupement des plongeurs démineurs (GPD) de la Manche ? Arnaud a longtemps hésité avant de trancher. Le Toulousain, âgé désormais de 28 ans, choisi finalement l'armée en 2016



2 ans plus tard, il a quitté la marine. Les harcèlements, les humiliations qu'il a subi sont les seuls souvenirs qu'il en retient. 



Il y a eu tout d'abord les mots : "suces des bites", "pédé", "tu es la pute du groupe" et les actes : les déguisements forcés en Jésus sur la croix et en Miss Normandie. Le bizutage du bac, consistant à sauter depuis le quai de la base de Cherbourg dans l'eau de la Manche, répétés plusieurs fois, sans raison.



Un jour, le "souffre douleur" ne supporte plus ces brimades et tente, en février 2018, de se suicider. Le 31 octobre dernier, le grand gaillard brun dépose plainte au parquet de Rennes, compétent en matière militaire, avec un seul objectif : faire reconnaître ce harcèlement.



Désormais professeur, le Toulousain a accepté de nous raconter son histoire au sein de son unité, au micro de Sophie Pointaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité