Toulouse : 11 heures pour rallier Paris, le trajet interminable de 400 passagers d'un train TGV

Parti de la gare Matabiau de Toulouse peu avant 17h hier, un TGV est arrivé vers 3h40 ce vendredi matin 16 juillet, soit 7 heures 30 de plus que prévu. Plusieurs éléments sont venus perturber le trajet des 400 passagers. Ils auraient dû arriver vers 20h, jeudi, à la Gare Montparnasse à Paris.
Un train TGV à la Gare Montparnasse de Paris. OUIGO mais avec 7H30 de retard.
Un train TGV à la Gare Montparnasse de Paris. OUIGO mais avec 7H30 de retard. © Vincent Isore/ Maxppp

Les 400 passagers à bord du TGV Toulouse-Paris auraient dû rallier la capitale à 20h11 jeudi soir. Ils sont finalement arrivés vers 3h40 du matin, ce vendredi à la gare Montparnasse. Le train a "joué de malchance" selon la SNCF qui remboursera "à hauteur de deux fois le prix du billet" a indiqué un porte-parole de la SNCF à Franceinfo.

Un train de déconvenues

Il y a des jours comme ça. Le train commence par prendre 1h30 de retard, la faute à un bagage abandonné à la gare Matabiau et à la procédure qui va avec. Il devait partir à 15h50 de Toulouse. Mais le train doit être arrêté, des personnes ayant été signalées sur les voies. Puis le convoi est ralenti par un TER juste devant...

Comme le disait le président Chirac, "les emmerdements ça vole toujours en escadrille" ! En l'occurence, ils suivent les voies ferrées. Entre Angoulême et Poitiers, la rame est à nouveau immobilisée plusieurs heures suite à une panne électrique. En l'absence de clim, la température monte. Les occupants sont autorisés à prendre l'air sur les talus environnants.

La SNCF doit alors affréter depuis Paris un nouveau train avec des boissons, des plateaux repas, des masques et du personnel supplémentaire pour aider les passagers à transvaser leurs affaires d'un TGV dans l'autre. Il est alors 2 heures du matin.

Un peu énervés et éreintés, les naufragés du train arrivent finalement en gare Montparnasse vers 3h40 ce vendredi matin. La SNCF a mis en place un dispositif d'accueil, avec des chambres d'hôtel si besoin. Les passagers seront remboursés deux fois le prix du billet. Pas de quoi faire oublier ce trajet interminable de... 11 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports tourisme