Paris-Tarbes-Lourdes : la nouvelle ligne de trains de nuit prévue par l'État pour 2022

Le comité de suivi des dessertes des TET, les trains d'équilibre du territoire de nuit, s'est rassemblé le 13 juillet 2021 à Toulouse. Il a fait le point sur la situation des 3 lignes existantes en 2020 et surtout il a confirmé la création d'une nouvelle liaison entre Paris-Tarbes et Lourdes.
Seulement 4 lignes de trains de nuit existent encore en France à ce jour. Ici, le train reliant Paris à Nice, lors de sa remise en service le 21 mai 2021.
Seulement 4 lignes de trains de nuit existent encore en France à ce jour. Ici, le train reliant Paris à Nice, lors de sa remise en service le 21 mai 2021. © MAXPPP

Étienne Guyot, le préfet de la région Occitanie, a rassemblé le mardi 13 juillet 2021 différents élus et représentants d'associations des territoires traversés par les lignes ferroviaires TET de nuit de l’Occitan, comprenez les trains d'équilibre du territoire (TET). Le préfet y a fait le point sur le fonctionnement des 3 lignes Intercités de nuit en activité : Paris–Rodez, Paris–Toulouse/Latour-de-Carol et Toulouse/Cerbère-Port-Bou.

Une ligne Paris-Tarbes-Lourdes pour 2022 puis Irun

Étienne Guyot et la SCNF ont également annoncé la création d'une nouvelle ligne reliant Paris à Tarbes et Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées, en 2022. Avec un léger retard donc puisque Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué chargé des Transports, avait déjà annoncé la réouverture de cette ligne à destination de Tarbes pour fin 2021.

La nouveauté réside donc dans la prolongation de cette ligne jusqu'à Lourdes, et même jusqu'à Hendaye et Irun en passant par Dax en période estivale. Une enveloppe de 44 millions d'€ devrait être mise à disposition pour rénover 71 voitures du train de nuit de l'Occitan et de la ligne Paris-Briançon, actuellement en travaux. Les services à l'intérieur de ces trains devraient également être améliorés en proposant des meilleures couchettes.

44 millions d'euros pour développer les services

Le préfet de la région Occitanie, a indiqué que « L’État engage aujourd’hui, avec l’ensemble des acteurs des territoires desservis, une démarche d’amélioration de la ligne ferroviaire de nuit de l’Occitan. Cette démarche permettra de faire progresser l’offre de service et le confort pour les usagers. Ainsi l’élargissement de l’offre de trains de nuit participe à l'aménagement et au désenclavement des territoires, tout en favorisant un mode de transport moins polluant ».

Ces initiatives s'inscrivent dans le plan d'orientation des mobilités, voté par le gouvernement pour la loi du 24 décembre 2019. Jean-Baptiste Djebbari avait indiqué au mois de mai que le gouvernement cherchait à développer d'autres lignes de nuit d'ici 2030.
En Occitanie, les villes de Montpellier, de Perpignan et de Narbonne pourraient être susceptibles d'accueillir des trains de nuit d'ici cette date butoir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports ter transports en commun sncf mobilité ruralité société