Cet article date de plus de 4 ans

Toulouse : 200 militants anti-ours manifestent devant la préfecture

Environ 200 représentants des vallées pyrénéennes opposés aux lâchers d'ours ont manifesté vendredi matin à Toulouse devant la préfecture où se tenait une réunion du Comité de Massif des Pyrénées qui n'est pas parvenu à se déterminer sur la poursuite de la réintroduction. 
La manifestation des anti-ours, à Toulouse, devant la préfecture
La manifestation des anti-ours, à Toulouse, devant la préfecture © Marc Raturat/France 3 Midi-Pyrénées
Ils se sont rassemblés sous la bannière « Les Pyrénées ne sont pas la frontière sauvage ». Venus des différentes vallées pyrénéennes, quelque 200 militants anti-ours s'étaient donnés rendez-vous vendredi matin à Toulouse devant la préfecture où se tenait une réunion du Comité de massif des Pyrénées qui devait décider de la poursuite ou non de la réintroduction des ours dans les pyrénées

Les manifestants voulait effectuer une dernière opération de lobbying auprès de l'Etat et de la Région pour qu'ils reconnaissent "la valeur de notre modèle de développement durable pyrénéen fondé sur le pastoralisme, réservoir de biodiversité, socle indispensable des autres activités". Bref, ces militants de l'ADDIP (Association pour le développement durable de l'identité des Pyrénées) entendaient ainsi appeler les membres du Comité de massif à voter non à tout projet de réintroduction d'ours dans les pyrénées.

L'interview de Magali Lacube, membre de l'association "Protection, Patrimoine, Ariège Pyrénées", porte-parole des éleveurs :
durée de la vidéo: 00 min 26
Les éleveurs contre toute nouvelle réintroduction

Mais le Comité de Massif des Pyrénées n'est pas parvenu à se déterminer. Il était question de la réintroduction d'une ou deux femelles ours dans le Béarn. Les deux élus des Pyrénées Atlantiques représentant la Nouvelle Aquitaine s'étant prononcé contre, le vote s'est traduit par une égalité entre les partisans de cette réintroduction et ses opposants, sur le score de 15 voix contre 15.

L'avis (ou l'absence d'avis) du comité de massif n'étant que consultatif, c'est en dernier ressort au ministère de l'Environnement qu'il reviendra de prendre une décision.


A leur sortie, les représentants du Comité écologiste ariégeois se sont fait conspuer par les manifestants anti-ours.

Voir ici le reportage de Marc Raturat et d'Eric Coorevits :
durée de la vidéo: 01 min 53
La réintroduction de l'Ours en suspens

2016 marque les 20 ans du début des lâchers d'ours slovènes dans les Pyrénées.

Tout savoir sur les 20 ans de cette bataille autour de la présence de cet animal et des passions qu'il déclenche dans les Pyrénées.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ours des pyrénées environnement société pyrénées montagne