Toulouse, capitale du rugby sans couronne : quand les Bleus délaissent la Ville rose au profit de Lyon, Marseille et Lille

Passé la Coupe du monde de rugby, le Tournoi des six nations 2024 se déroulera intégralement en régions. Trois matchs sont ainsi prévus à Marseille, Lille et Lyon. Toulouse, autoproclamé "capitale de l'ovalie" n'accueillera aucun match. Une situation qui se répète.

Marseille, Lille, Lyon et Toulouse. Dans le monde du rugby, ces quatre villes cumulent, à elles seules, 21 Boucliers de Brennus. Petite précision néanmoins, tous ont été remportés par le Stade toulousain...

Pourtant, ce sont bien les trois premières villes citées qui accueilleront les matchs des Bleus, à domicile, lors du prochain Tournoi des six Nations. Des rencontres, délocalisées en région, afin de protéger la pelouse du Stade de France en prévision des Jeux Olympiques. Mais dans ce jeu de délocalisation, l'autoproclamée "capitale de l'ovalie" ne trouve pas sa place. 

Petit stade mais grande passion

"Nous n'avons pas été sollicités [par la FFR]" explique l'adjointe en charge des sports à la mairie de Toulouse, Laurence Arribagé. 

La première des raisons semble simple : la capacité d'accueil du Stadium de Toulouse. Avec ses 33 000 places, l'enceinte toulousaine ne tient pas la comparaison avec les autres villes citées. Ainsi, l'Orange Vélodrome de Marseille (67 000 places), le Groupama Stadium de Lyon (59 000) ou le stade Pierre-Mauroy de Lille (50 000) ont une capacité largement supérieure.

Pire, la quatrième ville de France se retrouve même derrière des communes moins peuplées comme Saint-Étienne, Bordeaux, Nice, Lens ou Nantes. 

Pas de nouveau stade dans un "avenir proche"

La solution serait-elle de créer un nouveau stade, aux capacités d'accueil plus importantes ? L'adjointe aux sports, Laurence Arribagé n'en voit pas l'utilité, dans un "avenir proche" tout du moins.

Mardi 30 mai, à l'occasion d'une conférence de presse à 100 jours de la coupe du monde de rugby, l'élue a expliqué : "Ça n'aurait pas grand intérêt en réalité. Ça ne vous aura pas échappé qu'il n'est pas toujours plein. On a un stade de taille intermédiaire, certes ce n'est pas le plus grand stade de France, mais il peut accueillir cinq matchs de la coupe du monde, ce n'est pas le cas de toutes les villes en France. Avant de conclure "Il n'est pas prévu de faire un grand stade ici dans un avenir proche".

"Sinon le Sud Ouest ils connaissent ?"

En l'état, Toulouse ne pourrait donc pas accueillir de grands événements, en dépit de la volonté affichée par la mairie. Dans les faits, le Stadium n'a accueilli le XV de France masculin que quatre fois depuis 2005. Dans le sud-ouest, les amoureux de rugby commencent à s'impatienter. Sur Twitter, certains n'ont pas caché leur agacement à l'annonce des stades choisis pour accueillir la bande à Antoine Dupont, l'hiver prochain. 

"Lille et Marseille ces grandes terres de rugby … rien dans le sud-ouest, Bordeaux ou Toulouse ça vous dit rien", "SUD OUEST????", "Sinon le sud ouest ils connaissent ces comiques de la FFR ou c’est juste pour les vacances? C’est pas comme si la plupart des clubs de Rugby en sont originaire…" peut-on notamment lire sur le réseau social à l'oiseau bleu. 

L'autre problème majeur, pour recevoir des matchs internationaux de rugby, c'est la configuration du stade, conçue pour du football. Pour rentrer dans le cahier des charges de World Rugby et recevoir le Mondial, la Ville et la Métropole doivent rajouter deux mètres de pelouse en longueur et deux mètres et demi en largeur. Des travaux provisoires, qui seront ensuite démontés à l'issue de la compétition.

Preuve que, pour l'heure, le Stadium ne s'inscrit pas comme une place forte du rugby français, en dépit de sa situation géographique.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité