“J'ai envie de faire gagner la gauche” : Pierre Cohen se lance dans la campagne des municipales à Toulouse

Pierre Cohen / © MaxPPP
Pierre Cohen / © MaxPPP

INFO FRANCE 3 - L'ancien maire de Toulouse incarne le mieux le rassemblement des forces de gauche et écologistes selon les personnes interrogées dans un sondage IFOP dont nous avons eu connaissance. Il a décidé de prendre ses "responsabilités".

Par Fabrice Valery

Il bataille depuis des mois pour que la gauche se présente unie devant les électeurs à Toulouse en mars prochain : Pierre Cohen, maire PS de Toulouse de 2008 à 2014, aujourd'hui membre du mouvement Génération.s créé par Benoît Hamon, a finalement décidé d'entrer en campagne pour les municipales de mars 2020. 

Pierre Cohen a pris sa décision après la réalisation d'un sondage qui indique qu'il est le mieux placé pour incarner le rassemblement de la gauche. Il s'agit d'un sondage de l'institut IFOP (lire au bas de cet article les mentions légales) dont nous avons eu connaissance.

Un sondage qui ne mesure pas les intentions de vote face au sortant Jean-Luc Moudenc mais la notoriété des personnalités de gauche et surtout leur capacité à rassembler. 

"Je prends mes responsabilités"

A la question "dans l'hypothèse où une liste de rassemblement des forces de gauche, écologistes et citoyennes se présentait aux élections municipales, parmi les personnalités suivantes, préféreriez vous comme tête de liste pour battre la droite de Jean-Luc Moudenc ?",  c'est Pierre Cohen qui est le plus largement cité (34 %), devant la candidate vice-présidente de la région Nadia Pellefigue (21 %) et le conseiller municipal écologiste Antoine Maurice (5 %).

En revanche, une proportion élevée de personnes interrogées (37 %) estime qu'aucun de ces trois noms n'est le mieux placé pour conduire la gauche rassemblée. 

Battu par Jean-Luc Moudenc en 2014, Pierre Cohen insiste sur le fait que son entrée en campagne n'est pas le fruit d'une revanche sur le maire sortant.

Je prends mes responsabilités pour créer une offre politique autour d'une liste unitaire de la gauche, mais si quelqu'un est mieux placé que moi pour conduire cette liste, je laisserai la place et je soutiendrai cette personne. Il ne s'agit pas pour moi d'une revanche. J'ai envie de gagner, j'ai envie de faire gagner la gauche (Pierre Cohen).

Surtout, ce sondage (commandé par Génération.s et ses partenaires du MRC et de la Gauche Républicaine et Socialiste) indique que les personnes interrogées sont favorables à 41 %  à une liste de rassemblement de la gauche construite autour des partis politiques avec l'apport de forces citoyennes contre 12 % à une liste citoyenne du type de celle d'Archipel. 

C'est le principal enseignement de ce sondage : les gens de gauche veulent un rassemblement autour des partis politiques avant l'apport de citoyens et non l'inverse. C'est le sens de notre démarche et de notre appel lancé pour une liste unitaire à Toulouse (Pierre Cohen)

Le sondage IFOP a aussi mesuré la notoriété de certaines personnalités de gauche. Logiquement, Piere Cohen (69 %) est le plus connu par les Toulousains devant Nadia Pellefigue (29 %), la conseillère municipale Génération.s Isabelle Hardy (20 %) et l'écologiste Antoine Maurice (19 %). Viennent plus loin, le MRC Thierry Cotelle et le porte-parole d'Archipel Maxime Le Texier (15 % chacun). 

L'union à gauche bien loin d'être acquise

En se lançant dans la campagne, Pierre Cohen rebat les cartes à gauche. Alors que la gauche est actuellement émiettée, le pari d'un rassemblement est pourtant très risqué.

Ce sondage nous conforte dans l'idée que les gens de gauche veulent un rassemblement face à Moudenc. Et aussi qu'il n'y a pas d'homme ou de femme providentiel. Il faut donc travailler, en campagne, pour ce rassemblement, pour un programme et voir ensuite qui doit l'incarner. Nous irons jusqu'au bout dans notre démarche d'union (Pierre Cohen)

A 5 mois des municipales, Nadia Pellefigue, vice-présidente du conseil régional est déjà en campagne de son côté avec son mouvement UNE, soutenu par le PS, le PCF et les radicaux de gauche.

Le mouvement Archipel Citoyen doit lui désigner sa tête de liste à la mi-novembre. Des tensions sont palpables au sein de ce regroupement qui compte en son sein les écologistes, la France Insoumise et d'anciens socialistes...

Nous constatons de plus en plus que les deux listes déjà existantes se tournent de plus en plus le dos. Mon histoire politique s'est construite autour du rassemblement de la gauche et des écologistes. (Pierre Cohen)

Trois offres politiques existent désormais à gauche. Dont une veut féderer les deux premières. Mais le rassemblement n'est pas gagné. 

Partenaire politique de Pierre Cohen, le représentant du MRC Thierry Cotelle a d'ailleurs, lors d'une conférence de presse vendredi, lancé un appel aux autres composantes de la gauche : 

J’en appelle aux autres listes de gauche, au-delà des ambitions personnelles, pour construire l’union. Jamais la gauche désunie n’a gagné à Toulouse. Ce qui doit nous guider c’est le projet et le rassemblement avant la fin de l’année. (Thierry Cotelle)


Sondage IFOP réalisé sur un échantillon 804 personnes par téléphone du 29 au 31 octobre 2019 selon la méthode des quotas.
 

Pour l'équipe de Nadia Pellefigue, "Pierre Cohen ce n'est pas le changement"

Interrogée par nos soins, Carole Maurage, la directrice de campagne de Nadia Pellefigue se réjouit des résultats du sondage IFOP, qui place la vice-présidente de la région en deuxième position des personnalités de gauche les plus connues à Toulouse, derrière Pierre Cohen. "Heureusement que Pierre Cohen est connu des Toulousains, en tant qu'ancien maire". 

Quant à la démarche de rassemblement proposée ce vendredi par Pierre Cohen : "Toulouse a besoin d'une nouvelle énergie. On a besoin de changement pour préparer l'avenir. Et Pierre Cohen, ce n'est pas le changement. Mais on reste ouvert à tous, y compris Génération.s et Pierre Cohen qui peuvent nous rejoindre". 

La directrice de campagne souligne "la bonne dynamique enclenchée derrière la candidature de Nadia Pellefigue". "On est encore très loin des élections" rappelle-t-elle quand on lui pose la question de la division à gauche qui peut servir le maire sortant Jean-Luc Moudenc.

On semble aussi très loin du rassemblement à gauche. 

Sur le même sujet

Les + Lus