Toulouse : des membres d'un collectif ufologique demandent l'ouverture des archives secrètes sur les Ovnis

Le 25 juin dernier, le Cipo, le Collectif d'Intervenants sur le Phénomène Ovni, qui comprend plusieurs Toulousains, a envoyé un courrier à Emmanuel Macron pour lui demander que les services de l'Etat déclassifient et conservent les archives sur les phénomènes Ovnis.

Ils demandent la fin du secret sur les phénomènes Ovnis. Plusieurs Toulousains, membres du Cipo (Collectif d'Intervenants sur le Phénomène Ovni), ont adressé une lettre au président de la République, Emmanuel Macron, le 25 juin dernier.

Dans ce courrier, plus de 30 spécialistes de la question, des journalistes, scientifiques, ufologues et associations demandent aux services de l'Etat de déclassifier les archives secrètes sur les phénomènes Ovnis. Des archives qui prennent plusieurs formes : témoignages, rapports d'expertise, procès verbaux.

Plusieurs centaines de phénomènes d'Ovnis observés en France

En France, plusieurs dizaines de cas de phénomènes Ovnis ont été observés dans le ciel et sur terre. Pendant l'hiver 1954, des "centaines" de témoignages ont signalé des engins inconnus. Deux ans plus tard, pendant la nuit du 17 au 18 février 1956, un objet non identifié survole pendant plusieurs heures l'aéroport d'Orly. L'engin alterne des vols stationnaires et accélarations jusqu'à atteindre les 2.400km/h en quelques secondes. D'après les membres du Cipo, cette performance ne "serait pas réplicable de nos jours."

D'autres phénomènes se sont produits dans les années 1970, corroborés avec les témoignages de pilotes civils et militaires. Récemment, l'affaire des "drovnis" ont relancé la problématique des Ovnis. Ces engins auraient survolé les centrales nucléaires françaises entre novembre 2014 et janvier 2015. Les témoins décrivent tous "des engins aux formes, tailles ou performances incompatibles avec l'aéronautique officielle.".

"Un corps collégial pour étudier la question"

Pour Michael Vaillant, consultant indépendant pour le Cipo et le Geipan (Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), ces témoignages pourraient être encore plus nombreux. Avec les autres membres de son collectif, ils réclament l'ouverture des archives secrètes sur ces phénomènes : "je ne sais pas si toutes les archives sont secrètes. Il faut rester prudent. Mais il y en a certainement. Parmi elles, il y a aussi beaucoup d'affaires judiciaires en cours qui à cause du secret de l'instruction ne peuvent pas être dévoilées".

Traditionnellement, ces archives et témoins viennent du milieu militaire qui reste un milieu fermé. Il faut continuer à les conserver et ne pas les détruire.

Ouvrir ces archives permettraient, selon les membres du Cipo, d'aider les scientifiques sur le phénomène Ovni. Des scientifiques ont accaparé le phénomène, des recherches indépendantes ufologiques se sont créées. Mais pour Michael Vaillant, il faut aller encore plus loin : "aujourd'hui, il faudrait que le gouvernement engage un corps collégial disciplinaire de recherches. Car cette question touche tous les domaines scientifiques. le Geipan a donné le LA, maintenant il faut aller plus loin.".

La divulgation d'un rapport sur les phénomènes ovnis par le Pentagone, aux Etats-Unis a ouvert une première porte à la recherche ufologique. "les analystes de la défense et du renseignement ne disposent pas de données suffisantes pour déterminer la nature des mystérieux objets volants observés par les pilotes militaires, notamment s'il s'agit de technologies terrestres avancées, d'objets atmosphériques ou de nature extraterrestre", écrivent les scientifiques dans leur rapport publié en juin dernier.

Il porte sur 144 observations de "phénomènes aérospatiaux non identifiés", les PAN, qui remontent à 2004.

Libérer la parole sur les phénomènes ovnis 

"Aujourd"hui, nous vivons dans un monde qui sera de plus en plus confronté à ces phénomènes inexpliqués. On le voit, aujourd'hui avec les drones", explique Michael Vaillant. Pour le scientifique, une pédagogie est donc nécessaire pour essayer de différencier les vrais et des faux phénomènes Ovnis. Une frontière qui reste toujours très mince : "cela reste très difficile de différencier un phénomène lumineux d'un véritable phénomène inexplicable." Des systèmes, logiciels existent et permettent ainsi d'éliminer les facteurs naturels.

Alors, quelle serait la piste extraterrestre dans ces phénomènes ? "C'est une hypothèse dans l'hypothèse que l'on ne peut pas exclure. Mais il est encore impossible de définir ce qu'est un extraterrestre. Je pense que l'on aura d'autres réponses, car la connaissance scientifique va très vite", explique Michael Vaillant.
Les phénomènes qui se sont déroulés en France laissent aussi présager une possible explication extraterreste, comme l'indique, Franck Maurin : "on a eu des objets qui sont passés du milieu aérien au milieu aquatique. Des vitesses jamais enregistrées ont dépassé les records mondiaux." 

D'après ces experts, il y a un tabou à parler des phénomènes Ovnis : "Il y a toujours un blocage psychologique pour certaines personnes de penser qu'il y a une vie ailleurs. Les témoins ont peur aussi d'être ridiculisés", constate Jocelin Morisson, journaliste scientifique et spécialiste de la question. "Progressivement, la société prend de plus en plus de recul à parler de ce sujet. Il y a 40-50 ans, les témoins avaient très peur d'en parler. Leur entourage se moquait d'eux. C'était presque comme le film La Soupe aux Choux", ajoute Michael Vaillant.

On sent toujours qu'il y a un tabou à parler de cette question. Aujourd'hui, de plus en plus de pilotes, témoins de phénomènes, parlent à visage découvert. Les Etats-Unis ont permis de libérer la parole.

Frank Maurin, auteur et spécialiste des Ovnis.

"Un phénomène qui va prendre de plus en plus d'ampleur" 

Pour les experts interrogés, la question des Ovnis ne doit pas être prise à la plaisanterie. "Je pense qu'il faut surtout ne pas se moquer de cette question, que ce soit par l'opinion publique ou par les médias. C'est au niveau de la société que cela se joue", précise Michael Vaillant. Car aujourd'hui, de plus en plus de pays s'intéressent à ce sujet. La Chine et la Russie par exemple, ont investi des équipes scientifiques pour travailler sur les phénomènes non expliqués de leur territoire.

Cette question prendrait même de plus en plus d'ampleur dans le domaine politique et scientifique. 

La question des ovnis va, je pense, prendre de plus en plus d'ampleur dans les années à venir. Il y a eu beaucoup de progrès scientifiques, ces dernières années, notamment par la découverte des exoplanètes. On se rend rend compte que la vie similaire ou plus complexe est possible ailleurs que dans l'univers. Cela participe à l'acceptation des témoignages sur les Ovnis.

Michael Vaillant, consultant pour le Cipo et le Geipan.

Tabou, recherche scientifique difficile, les Ovnis continuent à déchaîner les passions tant dans l'opinion publique que chez les scientifiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite sciences culture recherche espace aéronautique justice société politique emmanuel macron