Toulouse : les enseignants mobilisés contre les épreuves du nouveau baccalauréat

Les épreuves communes de contrôle continu ou E3C débutent la semaine prochaine pour les élèves de première. Un nouveau bac contesté par les enseignants du second degré. Ils manifestaient devant les grilles du rectorat ce mercredi à Toulouse.

Les enseignants devant le rectorat de l'académie de Toulouse.
Les enseignants devant le rectorat de l'académie de Toulouse. © Sophie Pointaire / FTV
Les professeurs des lycées entrent en résistance contre le baccalauréat nouvelle formule.
Une centaine d'enseignants était réunie ce mercredi au rectorat d'académie de Toulouse pour demander l'annulation des épreuves communes de contrôle continu qui doivent débuter la semaine prochaine.
Une manifestation à l'appel de toutes les organisations syndicales de l'éducation (Snes-Fsu, Cgt, FO, Snalc, Sud et Fsu) et de tous les départements de l'académie de Toulouse.

Symboliquement, ils ont jeté des vieux manuels scolaires à travers les grilles du rectorat.
 
Toulouse : les enseignants mobilisés contre les épreuves du nouveau bac ©Sophie Pointaire / FTV

"Stop aux E3C, les lycées ne sont pas prêts"

Inégalités territoriales, évaluations à des dates différentes et avec un niveau de préparation différent, problème d'organisation, adaptation aux nouveaux programmes... les enseignants ont formulé quelques reproches sur la nouvelle version du baccalauréat.

Le slogan sur les pancartes affichent l'impréparation et la précipitation avec lesquelles la réforme serait menée par le ministère de l'Education Nationale. 

On a eu les sujets avec trois mois de retard, donc on a su tard en quoi consitaient les épreuves. On n'a pas pu préparer nos élèves comme il fallait, justifie un professeur.

Dans certaines disciplines, notammment pour les séries technologiques, "les sujets ne sont pas adaptés à la progression choisie par les équipes d'enseignants et les programmes sont trop ambitieux pour des élèves fragiles et vont les mettre en grandes difficultés".

Les enseignants alertent aussi sur "les conditions de passage des épreuves, qui selon l'Institution ne sont pas des examens. Donc les élèves passeront ces épreuves dans des conditions de contrôle continu normal. Lors d'un contrôle de maths sous forme de QCM (question à choix multiples) par exemple, il sera facile pour les élèves de copier le voisin. Cela pose un problème d'équité."

Alors qu'une délégation sera reçue ce jeudi matin au rectorat, un nouveau rassemblement est prévu à 10h30, quartier St-Cyprien à Toulouse.

Les précisions en images dans le reportage de Sophie Pointaire et Jean-Luc Pigneux :
 
Toulouse : les enseignants mobilisés contre les épreuves du nouveau bac

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société bac mouvement social économie social