Toulouse : les étudiants sans abris manifestent à nouveau avec le soutien du DAL

Le collectif Etudiant-e-s sans abris, le DAL 31 et l'UET (Union des étudiant-e-s de Toulouse) organisent un rassemblement ce mardi à midi devant le restaurant universitaire Capitole 1. Objectif : soutenir des étudiants sans abris dont les démarches n'aboutissent pas.

Le DAL 31 demande à ce que la préfecture attribue certains logements vacants du CROUS.
Le DAL 31 demande à ce que la préfecture attribue certains logements vacants du CROUS. © Maxppp
Alors qu'ils ont manifesté le 17 octobre dernier, les étudiants sans abris n'ont pas obtenu gain de cause. Ils se mobilisent à nouveau ce mardi midi devant le restaurant universitaire Capitole 1 à Toulouse. 11 d'entre eux sont considérés comme prioritaires pour l'hébergement d'après le DAL 31 mais ils sont à la rue depuis des mois, voire des années.

Le DAL demande notamment à ce que ces étudiants puissent accéder aux logements inoccupés du CROUS. Certains vivent dans des foyers d'hébergement d'urgence, d'autres, dans des squats. Des situations très précaires qui nuisent à la scolarité mais aussi à la santé de ces jeunes. Une situation inacceptable pour le collectif Etudiant-e-s sans abris, le DAL 31 (Droit au logement) et l'UET (Union des étudiant-e-s de Toulouse).

Faire respecter un droit


Les 11 étudiants ont lancé des procédures administratives pour obtenir un logement (DALO) ou un hébergement (DAHO). Ces procédures sont complexes,. Elles peuvent durer parfois plusieurs années, même si la loi prévoit un délai de 12 semaines entre le dépôt du dossier de DAHO et la proposition d'hébergement, dans la mesure où celui-ci est accepté.

Pour le DAL 31, il s'agit de faire respecter un droit car d'après lui, la préfecture ne respecte pas les décisions de justice. Il appelle à la solidarité étudiante et à la mobilisation du plus grand nombre pour que ces étudiants puissent vivre et étudier dans des conditions dignes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société université éducation logement insalubre justice