Toulouse : fin du masque au centre-ville et fin du pass sanitaire dans les centres commerciaux

A partir de ce 8 septembre 2021, il ne sera plus obligatoire de présenter un pass sanitaire valide pour se rendre dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m2. Pour autant, les commerçants des galeries marchandes s'inquiètent de l'absence d'une reprise d'activité.

À chaque semaine, de nouvelles mesures sanitaires. Dès ce mercredi 8 septembre, le masque n'est plus obligatoire dans le centre-ville de Toulouse. Ni le pass sanitaire à l'entrée des centres commerciaux de Haute-Garonne. Jusqu'à présent, il était obligatoire pour se rendre dans toutes les zones commerciales de plus de 20 000 m2. Désormais, une nuance a été précisée : le pass sanitaire ne sera plus exigé à l'entrée des centres commerciaux dans les départements où le taux d'incidence est inférieur à 200 cas pour 100 000 habitants. 

Alors que cette nouvelle devrait être rassurante, les commerçants des galeries marchandes eux ne crient pas victoire. "Les consommateurs ont changé leurs habitudes, ils ne reviendront pas du jour au lendemain", déplore Janique Calogero, responsable d'un salon de coiffure dans la zone commerciale de Fenouillet. Face à la baisse "drastique" de la fréquentation de son commerce, Janique Calogero n'a pas renouvellé le contrat de son employée et travaille désormais seule, accompagnée de ses deux apprentis. 

"Des galeries vides" 

Dès l'annonce de la mise en place du pass sanitaire, les clients ont déserté les centres commerciaux. Pour le salon de coiffure Jean-Claude Aubry de la galerie de Fenouillet, le chiffre d'affaires a "au moins baissé de 35% par rapport à 2020". Les espoirs sont tournés vers les mois de novembre et décembre où le magasin réalise son meilleur chiffre annuel. "Est-ce que les clients seront bien informés que désormais le pass n'est plus exigé ? C'est comme si les mesures changeaient tous les jours. Les gens sont perdus", affirme la responsable du salon. 

Même constat du côté du bureau de tabac Gramont, situé dans la galerie marchande d'Auchan.

"C'est affreux, du jour au lendemain, nous avons perdu une grande partie de notre clientèle. Aujourd'hui notre chiffre d'affaires est divisé par deux"

Sylvain Arnal, responsable du Tabac Gramont

Pessimiste, Sylvain Arnal ne s'attend pas à retrouver rapidement sa clientèle. 

Un sentiment d'injustice

Dans ce magasin d'habillement de la galerie de Labège, le bilan est aussi catastrophique. Même avec la rentrée scolaire, les allées restent vides de clients. Les responsables sont propriétaires de cinq magasins, dont deux en zone où le pass sanitaire a été obligatoire. "La fréquentation des deux boutiques a baissé de plus de 40%", s'inquiètent-ils. Outre les difficultés financières à gérer, c'est un sentiment d'injustice qui préoccupent ces deux gérants. Ils estiment faire partie des "sacrifiés" de la crise sanitaire. 

"On exige un pass sanitaire dans les gros centres commerciaux sous prétexte qu'on est grand et qu'on va s'en sortir. Mais un loyer mensuel dans une galerie marchande c'est environ 30 000 euros. Comment fait-on quand on n'a pas de clients ?"

Le responsable d'un magasin d'habillement à Labège

Après les nombreux confinements et fermetures, deux employés de ce magasin d'habillement ont fait un burn-out. "Quasiment toutes les enseignes des galeries recherchent du personnel. L'impact humain de la crise est lourd !". Pour ce responsable, la fin de l'obligation du pass sanitaire ne signifiera pas le retour des clients dans les centres commerciaux. 

A partir de ce mercredi en Haute-Garonne, le pass sanitaire ne sera plus obligatoire dans les centres commerciaux ci-dessous : 

- La Galerie Espace Fenouillet à Fenouillet

- E. Leclerc Blagnac à Blagnac 

- Centre Commercial Portet à Portet-sur-Garonne 

- Centre Commercial Roques à Roques 

- Espace Gramont à Toulouse 

- E. Leclerc Saint-Orens à Saint-Orens-de-Gameville 

- Labège 2 à Labège 

- Basso Cambo à Toulouse 

- Carrefour Purpan à Toulouse 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 économie emploi