Toulouse : avec leurs vidéos burlesques, des clowns continuent de donner le sourire aux enfants hospitalisés

Malgré le confinement, une compagnie de clowns continue d'apporter un peu de joie aux enfants hospitalisés et aux personnes âgées en Ehpad. Ces comédiens postent des vidéos sur les réseaux sociaux pour garder le lien avec les malades et leur donner le sourire.

Même à distance, les clowns arrivent à redonner le sourire aux enfants hospitalisés et aux personnes âgées.
Même à distance, les clowns arrivent à redonner le sourire aux enfants hospitalisés et aux personnes âgées. © Les envolées de la compagnie la Volière
Depuis leur cuisine, leur salon ou leur lit,"Targette","Cafoïne","Azimut" et "Coquelicot" continuent leurs sketches. Au total, ils sont huit comédiens de la compagnie toulousaine la Volière, à poursuivre leur mission malgré le confinement : faire rire !  D'habitude, ils se produisent à l'hôpital dans les chambres des petits patients ou dans les Ehpad devant les personnes âgées. Mais depuis le confinement, ces clowns ont interdiction de leur rendre visite.

Des vidéos burlesques 

Pour garder le lien avec les malades et soutenir le personnel soignant, les huit clowns ont eu l'idée de réaliser des clips vidéos. Chacun se filme avec son téléphone portable depuis chez lui.

"Au début, ce n'était pas facile de faire le clown tout seul chez soi, mais après on a vite pris l'habitude !" raconte Agnès Dorembus, l'une des comédiennes. Les séquences sont ensuite montées puis le clip est posté sur les réseaux sociaux. Huit vidéos ont déjà été envoyées à l'hôpital des enfants de Toulouse et dans les Ehpad où intervient la compagnie toute l'année.
Le clip des Clowns des Envolées

Thérapie par le rire

Les vidéos abordent des thèmes différents comme le printemps, Pâques et le confinement (revisité en version conte ou Rap). "On a de bons retours des malades et des soignants. Ils apprécient ces petits moments de rire. Mais l'échange manque forcément. On n'a pas le contact avec la personne, le regard,... il n'y a pas d'improvisation possible !" explique Agnès Dorembus. 

"On ne sait pas quand on pourra refaire nos sketches à l'hôpital ou en Ehpad"

"On a hâte d'y retourner mais on ne sait pas du tout quand est ce que l'on pourra rejouer dans les chambres des enfants malades ou dans les résidences pour personnes âgées." explique Agnès Dorembus.

En attendant le déconfinement et l'autorisation de revenir faire rire, la compagnie la Volière continue de travailler sur des vidéos qu'elle postera bientôt sur Internet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : conseils pratiques solidarité culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter