Toulouse : le maire adjoint "assume" son écharpe tricolore lors d'une cérémonie à Lourdes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurent Dubois

Deux élus toulousains ont porté leur écharpe tricolore lors d'une cérémonie religieuse à Lourdes. L'opposition municipale dénonce une atteinte à la laïcité. Un des élus visé par la polémique "assume" totalement. Jean-Baptiste de Scoraille dénonce une volonté de faire du "buzz". 

Polémique à propos de deux écharpes tricolores. Deux élus toulousains, Jean-Michel Lattes et Jean-Baptiste de Scoraille, ont participé aux cérémonies religieuses du 15 août, à Lourdes. Ils ont notamment assisté à une "prière pour la France". Jean-Michel Lattes et Jean-Baptistes confessent volontiers leur foi chrétienne. Leur présence dans la cîté Mariale, le jour de l'un des plus importants pèlerinage de l'année, n'a rien de surprenant. Mais quelques centimètres de tissus soulève une polémique.

Les élus toulousains portaient une écharpe tricolore. Ce point n'a pas échappé à l'opposition municipale. Sur les réseaux sociaux, Régis Godec dénonce "une drôle de conception de la laïcité" et pointe une "infraction avec la loi de 1905".
 
Le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) de la Haute-Garonne est sur la même ligne. Daniel Molina estime que "la laïcité est tellement attaquée de toutes parts pour les élus ne s'y mettent pas aussi". Pour le jeune socialiste, c'est une question d'exemplarité : "on ne peut pas demander aux fonctionnaires de respecter la laïcité et ne pas s'appliquer à soi même cette ligne quand on est élu". 

Contacté par France 3 Occitanie, Jean-Baptiste de Scoraille "assume totalement". L'élu en charge de la mémoire et des Anciens Combattants"n'est absolument pas gêné". Jean-Baptiste de Scoraille précise qu'il était "à côté de maire de droite et de gauche. Il y a avait des maires, des adjoints, les autorités civiles et militaires". L'élu toulousain se présente comme un défenseur de la laïcité et estime que toute affaire "c'est la volonté de faire du buzz et de faire parler de soi avant les échéances électorales".