Toulouse Métropole adopte un plan d'aménagement routier à plus d'un milliard d'euros

C'est un plan d'investissement qui va s'étaler jusqu'en 2040. Toulouse Métropole a recensé 305 projets pour améliorer le trafic et garantir la sécurité des usagers. 
Deux ans de travail, de la concertation et un vote ce jeudi 14 février au conseil de Toulouse Métropole. Le PARM (Projet d'aménagement routier métropolitain) a été voté. Il prévoit notamment un plan d'investissement de 1,8 milliards d'euros sur les vingt prochaines années, sans pour autant préciser son financement.
 

Des projets prioritaires

305 chantiers ont été recensés mais 15 sont jugés prioritaires par les élus. Les voici : La liaison A621-A62 et la liaison RD980-A64 sont déjà à l’étude dans le cadre partenarial du Contrat de Plan Etat-Région (CPER 2015-2020) et devraient, à ce titre, pouvoir bénéficier d’un cofinancement public.

La délibération précise que le PARM est un document "évolutif". 
 

Le classement des projets 

3300 km de routes, 480 ouvrages d'art, 120 personnes mobilisées... pendant plusieurs mois. Le PARM a travaillé à l'établissement de trois listes de projets. 

Première liste : 61 projets métropolitains structurants pour une estimation financière actuelle s’élevant à 1 200 M€ 
Deuxième liste : 128 projets métropolitains du réseau principal pour une estimation financière actuelle s’élevant à 350 M€ 
Troisième liste : 87 projets d’intérêt plus local en lien avec l’urbanisation pour une estimation financière actuelle s’élevant à 190 M€ 

2 listes d’ouvrages spécifiques à réparer ou à construire ont également été établies : 

Le financement en question 

Aucune précision dans la délibération de Toulouse Métropole n'est donnée sur le financement de ces 1,8 milliards d'euros.
En janvier, Grégoire Carneiro, vice président en charge de la voirie, excluait d'augmenter les impôts pour financer ce plan.
Des subventions seront bien sûr allouées mais la source principale du financement pourrait donc être l'emprunt. Sachant que la dette de Toulouse Métropole avoisine déjà le milliard d'euros. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports