Toulouse : une centaine de prestataires du spectacle vivant et de l'événementiel lancent l'alerte

Les prestataires du spectacle vivant et de l'événementiel souffrent de la crise sanitaire. En relai de l'opération nationale "alerte rouge", ils étaient une centaine ce mercredi soir à Toulouse pour manifester leur désarroi.
Les prestataires techniques lancent l'alerte car ils s'estiment en voie d'éradication à Toulouse.
Les prestataires techniques lancent l'alerte car ils s'estiment en voie d'éradication à Toulouse. © Benoît Roux / FTV
La crise sanitaire a provoqué l'annulation de la plupart des manifestations d'envergure du printemps et de l'été. Pas ou presque pas de festivals. L'ensemble de la filière de l'événementiel et du spectacle vivant a plongé. Les prestataires ont été contraints d'imposer du chômage technique à leurs salariés.

Eclairagistes, régisseurs, machinistes qui sont employés par ces structures, n'ont plus de travail depuis des mois. Ces prestataires techniques ont fait le dos rond mais les perspectives de redémarrage de l'activité étant de plus en plus lointaines, ils ont décidé de faire entendre leur détresse.

"Au bord du gouffre"


"On est au bord du gouffre, avoue simplement Jean-Luc Petit, gérant de la société Audio-Lum, spécialisée dans l'éclairage des scènes pour le spectacle vivant. Nous faisons le gros de notre chiffre d'affaires de mai à juillet et tout a été annulé. La trésorerie nous a permis de tenir quelques mois mais nous n'irons pas au-delà".

C'est pour donner l'alerte que ces professionnels du son et de la lumière ont décidé de manifester ce mercredi soir à Toulouse, relayant ainsi l'appel du syndicat national des prestataires techniques de l'audiovisuel scénique et événementiel. Lors de l'opération "Alerte rouge", ils ont éclairé dès 20 heures certains édifices comme le Conseil régional, le Conseil départemental, la Halle des Machines, le Bikini, les deux chambres de métiers et des grands hôtels de la ville impliqués dans l'événementiel.

Perspectives alarmantes


"Notre plan prévisionnel pour l'année 2021 est du même accabit que celui de 2020. La messe est dite ! affirme Laurent Chabaud, gérant de Concept Groupe, qui travaille dans l'événementiel. On ne peut pas subvenir à nos charges de structures. Dans moins d'un an, on va assister à l'éradication des prestataires techniques. Si on disparaît, il n'y a plus de son, de lumière, de vidéo pour les artistes ou les politiques". 

L'ensemble de la profession s'est retrouvée pour une photo de groupe au Bikini à 22h30 afin d'alerter population et décideurs sur leur situation via les médias et les réseaux sociaux.

 
Pertes évaluées par le syndicat des prestataires techniques
Dans le secteur de Toulouse, les pertes de chiffre d'affaire/semaine sont évaluées à 8 millions d’euros pour la filière événementielle (incluant 80 hôtels réalisant des séminaires), dont 2,5 millions pour les 200 prestataires de services (techniques, agences, traiteurs,domaines de réception…). 9000 emplois sont touchés sur l’ensemble de la filière.

Au niveau national, ce sont 800 prestataires techniques et distributeurs de matériel et 120 000 emplois en CDI et techniciens intermittents qui sont concernés. On évalue la perte d'exploitation à 90% depuis le début de la crise sanitaire. En mars, le chiffre d'affaire avant Covid était de 3 milliards d’euros. Les perspectives fin 2020 sont nulles. Le prévisionnel jusqu'à fin 2021 prévoit 75 à 90% de perte d’exploitation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie culture spectacle vivant covid-19 société