A Toulouse, le quartier de la gare Matabiau poursuit sa mue

Les travaux du parvis de la gare Matabiau sont presque achevés. La métamorphose de ce quartier se poursuit, plus de dix ans après avoir été initiée. 
Le parvis de la gare Matabiau à Toulouse
Le parvis de la gare Matabiau à Toulouse © JP Duntze / FTV
C'est le début visible pour les habitants de la rénovation de tout un quartier... A Toulouse, le chantier du parvis de la gare Matabiau sera bientôt achevé, après 30 mois de travaux. La rénovation complète du parvis sera terminée en avril 2020. Elle sera suivie d'une nouvelle phase de travaux, dans tout le quartier autour de la gare, cette fois.
Présenté jeudi par son groupe de pilotage (Toulouse Métropole, la région Occitanie, le conseil départemental, Tisséo, la SNCF, Europolia et l’Etat), le chantier de rénovation de ce quartier toulousain devrait s'achever en 2030, pour l'arrivée de la ligne à grande vitesse à Toulouse. Si elle arrive. 
 

Une première étape

"Cette opération de la gare Matabiau est la première grande étape" souligne Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Collectivités, "l'accès est maintenant beaucoup plus ouvert qu'auparavant et s'adapte à ce que sera un jour cette gare qui va passer à un triplement de ses voyageurs. Désormais, c'est une gare qui aura quatre accès. Ce parvis aura un jumeau, le parvis Marengo et il y aura deux autres accès, rue de Périole et avenue de Lyon et il y aura de nouvelles fonctionnalités avec la gare routière".  
A terme, la gare devrait accueillir 150 000 visiteurs par jour contre 50 000 aujourd'hui.
 

Un projet qui a évolué au fil du temps

Initialement baptisé TESO (Toulouse Euro Sud-Ouest), le projet de réaménagement du quartier Matabiau a été rebaptisé Grand Matabiau, quais d’Oc en 2019. Il s'étend sur un périmètre de 135 hectares autour de la gare. Il prévoit la construction de 300 000 m2 de bureaux et de 3 000 logements. Son coût prévisionnel est estimé à 78.4 millions d'euros.


Déclaration d'utilité publique signée en décembre 2019

La déclaration d'utilité publique a été signée par le Préfet au mois de décembre 2019. Elle revoit à la baisse la hauteur des immeubles prévus avenue de Lyon. Un soulagement pour les associations de quartier opposées au projet. Car le projet est loin de faire l'unanimité. Outre les associations de quartier hostiles, pour certains commerçants, l'inquiétude grandit en même temps que les travaux avancent. "Là, je vois que ça commence à démolir" témoigne cette boulangère "je ne suis au courant de rien, j'attends."
Avenue de Lyon, de nombreux immeubles sont désormais murés.
Avenue de Lyon, de nombreux immeubles sont désormais murés. © JP Duntze / FTV

La ligne à grande vitesse, un serpent de mer à l'origine de la refonte du quartier

Quand le projet de transformation du quartier Matabiau a été initié, il y a plus de 10 ans, Toulouse pensait encore accueillir rapidement la ligne à grande vitesse (LGV) vers Paris. En ce début 2020, la LGV est repoussée à 2030, si les financements sont actés.  "On y croit plus que jamais" dit pourtant Jean-Michel Lattes "on espère que Bercy va enfin mettre en place un dispositif juridique qui garantira la construction de la ligne à grande vitesse." En attendant la LGV, Matabiau poursuit sa mue...


 Voir ici le reportage d'Emmanuel Wat et Jean-Pierre Duntze :
A Toulouse, la métamorphose du quartier de la gare Matabiau se poursuit
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgv économie transports urbanisme aménagement du territoire environnement société