Toulouse : mais qui a dérobé le “Space Invader” ?

Le Space Invader de la rue des Filatiers a disparu / © Google
Le Space Invader de la rue des Filatiers a disparu / © Google

A Paris, les oeuvres de l'artiste Invader ont été récemment la cible de voleurs qui alimentent le marché noir. Un "Space Invader" installé dans le centre-ville de Toulouse a disparu dans d'étranges circonstances. 

Par Fabrice Valery

Les voleurs de Space Invaders, ces oeuvres de mosaïque fixées aux murs de villes dans le monde entier ont-ils frappé à Toulouse ? Depuis quelques jours, l'un des 10 installés depuis 2016 par l'artiste Invader dans la ville rose, a disparu. Il a été arraché de son emplacement rue des Filatiers à Toulouse. 

Le patron du restaurant tout proche, qui habite au-dessus de son établissement, a indiqué à France 3 avoir été réveillé à 5 heures du matin : "Il y avait du bruit, j'ai ouvert les volets et là j'ai vu trois hommes avec des gilets jaunes et un camion élévateur. Ils avaient une sorte de petit marteau-piqueur et ils ont enlevé les mosaïques". D'après ce témoin, le camion avec la nacelle portait le sigle d'une marque de location.

Ces derniers temps, un échafaudage était en place pour la réfection de la façade voisine. Selon des témoignagnes, des jeunes y avaient grimpé un soir pour y faire des graffitis sur le mur et même sur le Space Invader. L'oeuvre aurait-elle été enlevée pour être nettoyée ? Et par qui ?

La ville de Toulouse, interrogée par France 3, affirme qu'aucun service municipal n'est intervenu rue des Filatiers et que d'ailleurs la municipalité n'intervient pas sur les murs de bâtiments privés. 

L'oeuvre de l'artiste français Invader qui s'est inspiré du jeu Space Invader a-t-elle été dérobée par des voleurs ? Le scénario est connu. A Paris, en août dernier, des passants avaient pris en flagrant délit des hommes en gilets jaunes qui arrachaient une telle oeuvre. Ils s'étaient fait passer pour des employés municipaux puis avaient pris la fuite. La ville de Paris avait porté plainte. Ils ont finalement été interpellés en septembre. Environ une centaine d'Invaders sont dégradés ou volés à travers le monde chaque année. Il y aurait un marché noir sur lequel les petits bonhommes auraient une valeur pas négligeable. 

Autre hypothèse, celle d'un nettoyage un peu brutal. Les personnes ayant remis le mur en état ne se sont-elles pas rendues compte que les mosaïques formaient une oeuvre de street-art ? Dans ce cas, les petits carreaux ont-ils finis à la benne ?

A Toulouse, l'arrachage de l'oeuvre a en tout cas été faite dans de mauvaises conditions. Comme on le voit sur cette photo du compte Twitter @WE_Toulouse, des tags au-dessus de l'oeuvre ont été grossièrement effacés et il reste sur le mur des petits morceaux de mosaïques :
Le Space Invader a disparu / © @WE_Toulouse / Twitter
Le Space Invader a disparu / © @WE_Toulouse / Twitter

L'artiste Invader a semé des oeuvres dans le monde entier. A Toulouse, il a débuté en juillet 2016 par une dizaine d'oeuvres disséminées sur les murs. Il n'est pas difficile de les retrouver : soit en levant le nez, soit en regardant sur le site de l'artiste. Une application existe même qui permet de gagner des points en photographiant les oeuvres un peu partout dans le monde... Mais plus rue des Filatiers !

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus