Toulouse : sortie d' “El padre”, premier album de Fabian Ordonez, père de Big Flo et Oli

Fabian Ordonez sur scène lors de la présentation de son album / © E.Coorevits/FTV
Fabian Ordonez sur scène lors de la présentation de son album / © E.Coorevits/FTV

A presque 60 ans, il se retrouve projeté dans la lumière, poussé par ses deux fils, les rappeurs toulousains Bigflo et Oli. Fabian Ordonez sort le 25 octobre un album aux influences puisées dans ses racines sud-américaines.

Par Eric Coorevits

Sur la scène de la Comédie de Toulouse, le ton est donné. Un contrebassiste péruvien, un percussionniste espagnol, un guitariste chilien, et un clarinettiste français entourent le chanteur argentin Fabian Ordonez, venu présenter quelques titres de son nouvel album. Intitulé "El padre"  ("Le père"), ce disque mélange quelques standards de la chanson française ou sud-américaine, orchestrés par des sons et des rythmiques latinos. 

Des reprises en espagnol et en français

L'idée de cet album constitué essentiellement de reprises a d'abord germé dans la tête de Bigflo et Oli, les deux fils de Fabian. La chanson du duo de rappeurs "Papa" est un des titres les plus prisés par leurs innombrables  fans, toutes générations confondues. Grâce au clip qui y est associé et aux nombreuses apparitions de Fabian en concert, ou dans des émissions de télé pour l'interpréter aux côtés de ses fistons, le public de Bigflo et Oli a découvert au delà de la figure du père un véritable chanteur -et danseur- très à l'aise sur les nombreuses scènes qu'il a pu affronter.

Les gens de notre public, même des jeunes, nous disaient qu'il chantait trop bien, ils avaient envie de l'écouter plus en longueur. L'idée de l'album vient de là, ça va au delà d'une espèce de kiff mégalo de mettre son père dans la lumière. C'était une manière de lui renvoyer la balle, lui qui nous a fait découvrir la musique, même si ce n'est pas le meilleur rappeur que je connaisse !
Florian Ordonez (Bigflo) 

"El Padre" est le fruit d'un travail de conception et d'enregistrement de plus d'une année. Réalisé à Villeneuve-Tolosane, en banlieue de Toulouse, dans les studios de son complice chilien de longue date Alejandro Riquelme, guitariste et arrangeur, l'album de Fabian Ordonez s'est construit autour de plusieurs reprises, chantées en espagnol ou en français.

Mes garçons m'ont dit : ça serait bien de faire les mêmes chansons que tu faisais avec ta guitare à la fin des repas de famille, ou avec des amis. Ce sont des chansons que j'ai toujours aimé chanter depuis mon départ d'Argentine, à la fin des années 1970.

Fabian Ordonez

 

"La Historia de un amor", "Quizas, Quizas, Quizas", "Tu verras" (paroles de Claude Nougaro sur une composition du brésilien Chico Buarque), "La Javanaise" de Serge Gainsbourg... De boléro en cha-cha, avec un détour par la cumbia argentine, le disque est d'un bout à l'autre guidé par un fil rouge "latino", qui s'embrase de flamenco espagnol, sous les doigts du guitariste Serge Lopez, pour un des titres phares, "Ô Toulouse", de Nougaro également. 
Fabian Ordonez a concentré les reprises de chansons qui lui tenaient le plus à coeur. Mais il a choisi d'ouvrir l'album avec une composition personnelle intitulée "Hermano" ("Frère") qui parle de son exil et de sa solitude, loin de la pampa et de son petit village argentin de Realico.

Dans cette chanson, je parle à mon frère resté en Argentine, je lui raconte que mon exil m'a permis de réaliser plein de rêves,mais je lui dis que ça a été dur, des nuits à pleurer avec sous mon oreiller, le matin, un mot où j'avais écrit : "Je reviendrai."
Fabian Ordonez

Présents aux côtés de leur père pour la présentation de cet album, Florian et Olivio (Bigflo et Oli) n'ont pas masqué leur émotion de voir "El Padre" mis à son tour sur le devant de la scène. Ils sont intervenus, via leur maison de disque Universal, pour la production des 12 titres, en donnant quelques conseils avisés. "Avant, c'est moi qui leur donnait des conseils", confie Fabian. "Maintenant c'est à leur tour de m'en donner. C'est Olivio qui par exemple a eu l'idée d'entrecouper les chansons par des petits récits parlés où je raconte mon parcours, mon arrivée à Toulouse, la création du Barrio Latino, le café-concert toulousain que j'ai créé où je chantais tous les week-ends et où mes deux fils ont fait leurs premiers pas sur scène."

C'est l'artiste que j'ai le plus admiré, je l'ai toujours regardé sur scène. Il ne se sentait pas forcément légitime pour faire un album...Il nous répétait : "Les gens s'en foutent de mes chansons !"
On est très émus de le voir là et fiers de l'avoir motivé pour se remettre à enregistrer et à composer
Olivio Ordonez (Oli)

Reste pour Fabian Ordonez à aller défendre ses titres devant le grand public. Sa tournée passera d'abord par Paris, au Café de la Danse, le 14 décembre prochain. Et rejoindra Toulouse, en 2020, pour un concert à la Halle Aux Grains programmé le 23 février.

Nous avions rencontré Fabian Ordonez en mai dernier à l'occasion d'une session d'enregistrement de cet album. Reportage d' Eric Coorevits et Thierry Villeger.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus