• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tram, aérotram, métro, bus : les projets de transports annulés, suspendus ou lancés à Toulouse

© MaxPPP
© MaxPPP

Le nouveau président du Syndicat Mixte des Transports en Commun (SMTC-Tisséo) de l'agglomération toulousaine, Jean-Michel Lattes, a été élu ce vendredi. L'occasion de faire le point sur les projets qui vont voir le jour et ceux qui seront abandonnés.

Par Fabrice Valery

Jean-Michel Lattes, premier adjoint au maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc, a été élu ce vendredi matin président du SMTC-Tisséo, la structure qui organise et finance les transports en commun dans l'agglomération toulousaine. Sans surprise, il était le seul candidat. Spécialiste de ces dossiers, il succède à la présidence du SMTC à Pierre Cohen, l'ancien maire de Toulouse. (voir reportage vidéo à la fin de cet article).
Jean-Michel Lattes / © Pascale Lagorce / France 3
Jean-Michel Lattes / © Pascale Lagorce / France 3
A la tête du SMTC, Jean-Michel Lattes va tenter de mettre en musique le projet de transports qu'il a animé durant la campagne des municipales auprès de Jean-Luc Moudenc. Plusieurs projets sont en suspens, d'autres, prévus par l'équipe précédente, seront carrément abandonnés. Faisons le point.

Un tramway nommé... stop !

Le projet de tramway le long du Canal du Midi voulu par Pierre Cohen ne verra pas le jour. La nouvelle majorité souhaite que le tram, qui a été prolongé en décembre dernier des Arènes au Palais de Justice ne soit pas allongé. Jean-Michel Lattes affirme ne pas être opposé à pousser les voies de tramway quelques centaines de mètres plus loin, jusqu'au Grand Rond et au futur Quai des Savoirs, mais ce sera tout. 
Tram, cycliste et piétons à Toulouse / © MaxPPP
Tram, cycliste et piétons à Toulouse / © MaxPPP

La 3ème ligne de métro : pour quand ?

L'un des plus gros débats de la campagne municipale a porté à Toulouse sur le projet de 3ème ligne de métro voulue par Jean-Luc Moudenc. "Infaisable, impossible à financer" hurlaient les élus socialistes. Cette ligne, appelée "Aérospace" entre Airbus et Astrium, Jean-Luc Moudenc veut la faire passer par les Ponts-Jumeaux, la gare Matabiau et Montaudran. Son coup était évalué à 1,445 milliard d'euros par le candidat Moudenc qui espère en financer une partie par l'abandon de projets (BHNS, ligne Canal du tramway) prévus par Pierre Cohen. Entre les études et les travaux, la réalisation pourrait prendre entre 9 et 10 ans. Objectif, dans le meilleur des cas : 2023. "Moudenc a promis aux airbusiens un métro ! Ils ne le verront pas avant 2030", ironise la gauche.
Photo d'archive / © MaxPPP
Photo d'archive / © MaxPPP

Le désengorgement de la ligne A du métro

La ligne A est saturée aux heures de pointes. La faute à trois stations qui lors de la réalisation de la ligne n'ont pas été creusées sur 52 mètres mais sur 26 de long. C'est donc toute la ligne qui ne peut pas accueillir des rames-doubles (2 fois 56 mètres) et offrir ainsi plus de places aux voyageurs. Elargir les stations a un coût exorbitant et gênerait considérablement le trafic du métro. Le candidat Moudenc a promis "dès 2014" une solution "économique et rapide" : doubler une rame sur deux et faire en sorte que ces rames doubles ne s'arrêtent pas dans les stations trop courtes (Patte d'oie, Fontaine-Lestang et Mermoz). Mais pour le moment, pas de calendrier pour ce désengorgement "provisoire". 

Le métro jusqu'à 3 heures du matin

Pour faciliter la vie nocturne en fin de semaine, autre promesse du candidat Moudenc : prolonger les horaires du métro jusqu'à 3 heures du matin, deux ou trois soirs en fin de semaine. Si cette mesure n'a pas de coût important, elle oblige cependant Tisséo à se réorganiser : c'est en effet la nuit que sont menées dans les tunnels et sur les voies du métro les opérations et les travaux de maintenance. Jean-Michel Lattes a pourtant annoncer, bien avant son élection à la tête du SMTC, que cette mesure pourrait être mise en place dès septembre prochain. 

L'aérotram... suspendu !

Le projet initié par Pierre Cohen d'un téléphérique, baptisé "Aérotram", entre l'Oncopôle de Langlade et Rangueil via Pech-David n'était pas particulièrement dans le viseur de Jean-Luc Moudenc pendant la campagne. Mais la nouvelle équipe au Capitole dit avoir découvert le coût de ce tram suspendu : estimé à 44 millions lors de sa présentation en avril 2013, le projet aurait d'après Jean-Michel Lattes vu son coût total augmenter à 80 millions d'euros, voire plus. Avec Jean-Luc Moudenc, il estime que c'est trop cher pour transporter environ 7000 personnes par jour. Décision imminente.
Image de synthèse du futur téléphérique de Toulouse, station Université Paul-Sabatier / © SMTC
Image de synthèse du futur téléphérique de Toulouse, station Université Paul-Sabatier / © SMTC

Bus, BHNS, PDU...

On connaît depuis longtemps l'opposition de Jean-Luc Moudenc et Jean-Michel Lattes au projet de Pierre Cohen de BHNS (bus à haut-niveau de service) entre Tournefeuille et Toulouse via Lardenne et Saint-Cyprien. La partie toulousaine ne se fera pas, Jean-Luc Moudenc l'a déjà indiqué. Il faudra cependant trouver un jour ou l'autre un moyen de désenclaver le quartier de Lardenne et de faire sauter les bouchons : pas facile de la faire sans mécontenter les habitants qui s'étaient mobilisés contre le BHNS et ont voté pour Jean-Luc Moudenc à plus de...72 % !
De manière plus générale, Jean-Michel Lattes promet de revoir le maillage des bus dans l'agglomération et aura besoin pour cela, il l'a confirmé ce vendredi, de faire réviser le Plan de déplacements urbains (PDU) de la métropole toulousaine. 

EN VIDEO / l'élection de Jean-Michel Lattes à la tête du SMTC-Tisséo (reportage de Bruno Frédiani et denis Hemardinquer) :
Jean-Michel Lattes élu président du SMTC-Tisséo

 

Sur le même sujet

Le soulagement de Michael Guigou après la victoire du MHB sur Rhein Neckar

Les + Lus