• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Trop d'arabes” à Toulouse : poussé à la démission par Jean-Luc Moudenc, Aviv Zonabend refuse

Aviv Zonabend / © Facebook
Aviv Zonabend / © Facebook

Après avoir ouvert une enquête et lu la traduction des propos tenus en Hébreu par son conseiller municipal, indiquant qu'il y avait "trop" d'arabes à Toulouse, Jean-Luc Moudenc lui demande de démissionner du conseil municipal. L'intéressé refuse de démissionner.

Par Fabrice Valery

Jean-Luc Moudenc veut pousser son conseiller municipal délégué Aviv Zonabend à la démission. Mais celui-ci, joint par France 3, a indiqué qu'il ne démissionnerait pas et qu'il allait consulter ses avocats avant de réagir officiellement, dans les 48 heures.

Moins d'une semaine après des propos tenus en Hébreu sur une radio israélienne, la mairie a indiqué que le maire de Toulouse souhaite la démission de l'élu. Aviv Zonabend avait indiqué qu'il y avait "trop" d'arabes à Toulouse.

A LIRE AUSSI : 

Jean-Luc Moudenc avait ouvert une enquête. Il attendait notamment la traduction de l'interview. C'est chose faite. La mairie de Toulouse vient donc de publier le communiqué suivant : 

"La traduction assermentée de l'interview donnée par Aviv Zonabend, Conseiller municipal délégué, à la radio israélienne Galatz, m'est parvenue aujourd'hui. Elle confirme, hélas, ses propos tenus en hébreu comme relaté par The Times of Israël dans son article du 26 avril. Ces paroles sont en violation profonde avec l'esprit de tolérance et de respect qui constitue la boussole de mon engagement et de celui de toute mon équipe dans sa diversité. Et, même si elles sont en rupture avec les positions qu'a toujours exprimées notre collègue jusqu'ici, il n'en demeure pas moins qu'elles ont été effectivement prononcées, qui plus est dans le cadre où Aviv Zonabend était présenté comme élu municipal de notre ville.

En conséquence, en vertu du principe de responsabilité et conformément à mon échange avec lui vendredi dernier, j'ai informé aujourd'hui Aviv Zonabend qu'il a le devoir de présenter, sous 24h, sa démission de ses mandats d'élu municipal et métropolitain.

A défaut, je prendrai mes responsabilités en lui retirant l'ensemble de ses délégations exercées tant à la Mairie de Toulouse qu'à Toulouse Métropole".


Interrogé par France 3, Aviv Zonabend avait d'abord évoqué une erreur de traduction puis un Hébreu qu'il ne maîtrisait pas totalement. Il avait alors indiqué qu'il n'avait pas l'intention de démissionner.

Cette phrase avait suscité une vive émotion à Toulouse. Il a désormais 24 heures pour démissionner. Mais cela ne semble pas être son intention.

Le CRIF Toulouse Midi-Pyrénées condamne un "dérapage verbal inacceptable"

Dans un communiqué qui fait suite à celui de Jean-Luc Moudenc, le Conseil représentatif des institutions juives de France de Toulouse et Midi-Pyrénées indique, par la voix de son président Franck Touboul, condamner les propos d'Aviv Zonabend : 

"Le Crif condamne les propos tenus par le conseiller municipal de Toulouse, Monsieur Aviv Zonabend, lors d'une interview sur l'antisémitisme en Europe et plus singulièrement en France. Notre institution a dans son ADN la lutte contre toutes les formes de racismes et de discriminations. C'est pourquoi nous ne pouvons qu'être peinés par le dérapage verbal inacceptable d'un élu de notre république, dérapage que nous condamnons avec force et sans ambiguïté. 
Nous connaissons Aviv Zonabend et nous savons que ce qui l'anime depuis toujours ce sont des valeurs d'humanisme et de fraternité au-delà de toutes frontières (...) Nous comprenons parfaitement la décision du président maire de Toulouse Métropole. (...) Nous aurions, avec la même vigueur, condamné les propos d'un élu quel qu'il soit si cela avait concerné les juifs ou n'importe quelle autre minorité ethnique, religieuse, sociale ou culturelle". 

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus