Un malade se suicide aux urgences psychiatriques d'un hôpital après 10 jours passés sur un brancard, les syndicats dénoncent une maltraitance

Dans un contexte déjà très tendu, un patient hospitalisé aux urgences psychiatriques s'est suicidé au service consultation des urgences psychiatriques du CHU de Purpan à Toulouse en Haute-Garonne, ce mercredi 14 février 2024.

Un patient hospitalisé au service des consultations des urgences psychiatriques du CHU de Purpan à Toulouse en Haute-Garonne s'est suicidé ce mercredi 14 février 2024. Une information confirmée par la direction du centre hospitalier qui précise que l'homme a été découvert vers 8H30 et n'a pu être ranimé malgré l'intervention d'un médecin des urgences somatiques qui était à proximité.

Selon nos informations, le patient était hospitalisé depuis dix jours sur un brancard dans un bureau de 3 m2, faute de lit. " Ce n'est pas normal que l'on n'ait pas pu trouver une place d'hospitalisation. Les patients qui nécessitent une hospitalisation en psychiatrie sont en grande souffrance, on les stocke dans des lieux qui ne sont pas prévus pour ça alors qu'on a fermé huit lits qui sont toujours vides ! ", s'indigne Isabelle Prono, représentante du syndicat Sud Santé Sociaux au CHU de Toulouse. " Aujourd'hui, des patients restent et meurent aux urgences ! "

Un contexte très tendu 

Choqués, quatre membres du personnel de ce service seraient rentrés chez eux. "Après un incendie, deux viols et cinq agressions envers des soignants la semaine dernière, il y a un grave souci au service des urgences en psychiatrie", pointe à son tour Sébastien Gaussy, réprésentant syndical de la CGT, inquiet quant à l'état de santé de ses collègues, qui évoque un "danger imminent". "Travailler dans ces conditions relève de la maltraitance pour les patients ce que ne supporte pas le personnel soignant". Une partie du personnel était en grève à la mi-janvier pour dénoncer leurs conditions de travail.  

Lire aussi : "Essorés", "épuisés", "inquiets" : des personnels de psychiatrie en grève illimitée pour dénoncer leurs conditions de travail

Suite au suicide de ce mercredi, la direction du CHU Purpan a immédiatement mis en place un accompagnement psychologique pour la famille et les personnels hospitaliers présents. Une rencontre avec les syndicats a également eu lieu dans l'après-midi. Mais face aux tensions, incidents, et parfois drames répétés dans cette filière psychiatrie, d'autres décisions ont aussi été prises en accord avec l'Agence Régionale de Santé. Un psychiatre supplémentaire sera présent le week-end aux urgences de Purpan, les remplacements seront assurés en cas d'absence et enfin une cellule de coordination des établissements publics et privés fera en sorte d'accélérer l'hospitalisation des patients après leur passage aux urgences.