Une église vandalisée près de Toulouse échappe de peu à un incendie

Ce dimanche 28 mai, l’église Saint-Laurent située à Cugnaux, près de Toulouse (Haute-Garonne), a été vandalisée. Des éléments ont été cassés et brûlés à l’intérieur. Une enquête est en cours pour identifier les auteurs de ces dégradations.

Ce dimanche 28 mai après-midi, plusieurs personnes se sont introduites à l’intérieur de l’église Saint-Laurent située à Cugnaux (Haute-Garonne). Le lieu de culte a été vandalisé, et des dégâts matériels sont à déplorer. 

“ Le pire a été évité”

Les individus ont renversé les cierges au sol, abîmé des cadres et dégradé un crucifix. Ils ont provoqué un début d’incendie. Heureusement, un passant est intervenu à temps : il a pu stopper les flammes et contacter les secours. “Ça aurait pu être grave mais grâce à cette personne, le pire a été évité”, rassure le père François, le curé de l’église Saint-Laurent.  

Dès le dimanche soir, le père François et des paroissiens se sont rendus à l’église pour tout nettoyer et remettre en état. Seuls persistent ce lundi une trace et une odeur de brûlé mais l’église n’a subi aucun dégât majeur. 

Surprise et consternation

Le maire de Cugnaux a immédiatement dénoncé ces actes et exprimé sa solidarité avec la communauté catholique. “Pour garantir le vivre ensemble à Cugnaux, il est crucial que nous nous opposions collectivement à la haine et à l’intolérance, en favorisant le dialogue et la compréhension entre les différentes communautés religieuses et culturelles de notre ville”, a insisté Albert Sanchez, le maire de Cugnaux. “La diversité fait notre force et notre fierté, alors restons solidaires et mobilisons-nous pour que Cugnaux reste unie, résiliente et déterminée à faire face à l’intolérance et à la violence.”

Cugnaux est en effet une commune où coexistent plusieurs communautés religieuses : catholique, musulmane et bouddhiste. “Ces communautés religieuses ont toujours bien cohabité à Cugnaux”, précise Albert Sanchez qui se dit surpris et choqué. “C’est la première fois que nous avons affaire à ce type d’actes sur un édifice religieux.” Le père François de son côté évoque plutôt  “une bêtise d’enfants”.

Des caméras de vidéosurveillance ont filmé les auteurs de ces dégradations, leur identification est en cours. L’enquête a été confiée à la gendarmerie de Cugnaux.