• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Une mère grimpe sur une grue à Toulouse pour dénoncer la déscolarisation de son fils autiste

Pompiers et policiers sont mobilisés / © Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées
Pompiers et policiers sont mobilisés / © Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées

Une femme est montée sur une grue sur les allées Jean Jaurès à Toulouse. Elle dénonçait devoir retirer son fils autiste de l'école faute d'auxiliaire de vie. Elle est redescendue en début d'après-midi.

Par Véronique Haudebourg

Les pompiers de Toulouse et la police sont restés mobilisés la moitié de la journée ce vendredi sur les allées Jean Jaurès à Toulouse. Un périmètre de sécurité a été établi.

Une femme de 39 ans est grimpée sur une grue sur le modèle des papa grimpeurs. Maman d'un petit garçon autiste de 8 ans, elle dénonce le fait de devoir le retirer de l'école faute d'auxiliaire de vie et plus largement, le sort réservé aux autistes en France, demandant une meilleure prise en charge éducative. Selon elle, seulement 2% des enfants autistes en France sont scolarisés contre 50% en Angleterre. La mère entend également dénoncer la situation précaire des auxiliaires de vie scolaire (AVS) en France. En août 2013, le gouvernement avait annoncé la mise en place d'un diplôme d'État et la titularisation progressive de 28.000 AVS à partir de 2014.
Maman en colère
Des négociations par l'intermédiaire de la radio de la grue ont. La femme menaçait en effet de sauter si l'on venait la chercher. Elle a finit par redescendre en début d'après-midi après avoir obtenu la garantie par le rectorat que son fils bénéficierait de l'aide d'une AVS jusqu'à la fin de l'année.

La maman dénonce la déscolarisation de son fils / © Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées
La maman dénonce la déscolarisation de son fils / © Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées


En octobre dernier, des pères en colère étaient montés sur un toit de la place du Capitole. Ils s'y étaient relayés et le dernier n'en était parti qu'à la mi-novembre.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus