VIDEO. "il n'est pas conçu pour être déplacé" comment ce monument de 940 tonnes va pourtant avancer de 35m

Le Monument aux Combattants de la Haute-Garonne doit être déplacé pendant la construction de la 3e ligne du métro. Une opération inédite en France et aussi délicate qu’impressionnante.

C’est du jamais vu en France. Le Monument à la Gloire aux Combattants de la Haute-Garonne est désormais à 1,60m du sol. Ce vendredi 25 août au matin a eu lieu la 17e et dernière étape de levée du bâtiment. “Nous avons déjà déplacé des structures plus lourdes comme un stade”, précise Ludovic Gomez, le responsable des opérations, chef adjoint des travaux chez Bouygues TP France. “La différence ici, c’est que ce monument n’a pas été conçu pour être déplacé, c’est un bâtiment historique”. 

Un jeu d’équilibriste avec 1600 tonnes 

Le bâtiment à lui seul pèse 940 tonnes. Avec sa structure métallique (un exosquelette en métal orange), l’ensemble est évalué à 1600 tonnes. “Le bâtiment n’est pas fait pour être soulevé”, indique Ludovic Gomez. “Il est fait pour vivre à plat donc c’est cette structure métallique qui a été calculée pour encaisser ces efforts parasites dûs aux opérations de montée, de descente et pendant le transport de la semaine prochaine.”

Ce vendredi matin, pour sa dernière levée, le monument a été soulevé par le dessous, millimètre par millimètre, pour lui laisser le temps de s’adapter et éviter ainsi la moindre fissure. Une opération difficile à voir à l'œil nu.   

Une fois monté de 6 cm, les ouvriers y ont déposé des cales puis redescendu le bâtiment de 4 cm. Le Monument aux morts est désormais posé à 1,60m de hauteur.

L’édifice est sous surveillance constante grâce notamment à la réalisation de relevés topographiques.

3 remorques pour 35 mètres de déplacement

Les réglages sont extrêmement précis, car ils doivent permettre à 3 remorques de passer sous le monument afin de le déplacer 35 mètres plus loin. “On va le déplacer sur la plateforme que l’on a installée”, explique Ludovic Gomez, le responsable des opérations. “Mais pour le poser nous allons le changer de sens, on va devoir lui faire faire une rotation de 90 degrés pour qu’il puisse passer dans l’allée de platanes.” L’opération va durer plusieurs heures ce jeudi 31 août et sera ouverte au public de 10h à 17h.

Le monument aux morts va rester sur sa plateforme le temps des travaux de la 3e ligne de métro et de la construction de la station François Verdier. Il sera ensuite repositionné à sa place initiale. “La prouesse technique est d’ailleurs sur le lieu, nous sommes dans le cœur historique de Toulouse, elle est aussi sur le bâtiment. C’est un bâtiment historique”, s’est réjouit Nina Ochoa, la vice-président de Tisséo Ingénierie qui est aussi adjointe à la mairie de Toulouse. “Ce sera toujours le Monument aux Morts François Verdier mais dans l’esprit des Toulousains ce sera aussi le monument que l’on a su déplacé, que l’on a su remettre en l’état et ça ajoute au symbole.”

En revanche, la municipalité n’a pas souhaité communiquer le montant de l’opération. “Le coût est assez secondaire dans l’esprit des Toulousains pour le moment”, assure Nina Ochoa, adjointe à la mairie de Toulouse et vice-président de Tisséo Ingénierie.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité