• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vol Alger-Toulouse : la détresse de 200 passagers bloqués à l’aéroport d’Alger depuis deux jours

Transport aérien, Orly / © Philippe Lenglin/Maxppp
Transport aérien, Orly / © Philippe Lenglin/Maxppp

Placée en redressement judiciaire, la compagnie Aigle Azur annule ses vols, plus de 200 passagers sont bloqués à l’aéroport d’Alger. Depuis hier, mardi 3 septembre, ils attendent désespérément des informations. Le vol retour pour Toulouse n’est toujours pas programmé.
 

Par Corinne Carrière avec AFP

A Toulouse, les familles des passagers sont inquiètes. Nadia Camélia, jeune étudiante toulousaine nous a fait part de la situation et du désarroi de ses parents toujours retenus à l'aéroport d'Alger.
Sa maman, malade et âgée ainsi que son oncle, devaient prendre le vol de 10 heures, ce mardi 3 septembre. Aigle Azur a annoncé un retard, puis un départ prévu à 23h45.
Dans cette attente, la compagnie a transféré les voyageurs dans un hôtel d'Alger.
Ce mercredi matin, même scénario. Les passagers ont passé leur journée dans l'aérogare toujours à l'affût d'un hypothétique vol retour.


De l'incertitude et du stress

Les passagers n'ont pas récupéré leurs bagages enregistrés la veille ni leurs passeports que la compagnie à conservé.
Compte tenu des tensions dans le pays, les 200 voyageurs commencent à paniquer.
Selon Nadia Camélia, sur ce vol il y a beaucoup de femmes seules avec des enfants, des personnes âgées et sous traitement médical.
Beaucoup ont leurs médicaments dans leurs valises.
A Toulouse, les familles s'impatientent et se désespèrent du manque cruel d'informations.
Nadia Camélia dit

vivre dans l'angoisse de savoir sa maman sans soin et surtout très stressée.

 

La déroute d'Aigle Azur accentue le sentiment d'abandon des passagers

La compagnie aérienne Aigle Azur, spécialiste des liaisons vers l’Algérie est placée en redressement judiciaire depuis lundi.
Son PDG, Frantz Yvelin, a annoncé sa démission ce Mercredi 4 septembre.

 A un moment on ne peut pas se battre contre tout le monde


a révélé sur le plateau de BFM Business l’ancien pilote de ligne. L’entreprise s’est déclarée en cessation de paiement.
Les repreneurs potentiels ont jusqu'au 9 septembre à midi pour déposer leur offre de reprise.

Fondée en 1946, la compagnie Aigle Azur dispose d’une flotte de 11 avions et réalise un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2018. Les liaisons avec l’Algérie représentent 50 à 60 % de son activité.
 


Selon nos confrères de l’AFP, la CFDT première organisation syndicale de la compagnie, demande le lancement d’une " expertise économique et financière sans délai "  pour tenter de trouver des solutions de sauvetage de la compagnie.

Dans un communiqué la CFDT se dit "extrêmement inquiète du devenir à très court terme de l’entreprise et des menaces qui pèsent sur les 1.150 emplois dont plus de 800 en France."

Les caisses de la compagnie seraient quasiment vides et la trésorerie actuelle ne permettrait pas de tenir plus d’une semaine, la compagnie ne pourrait donc pas de résister jusqu’à la prochaine audience au tribunal de commerce le 16 septembre prochain.

Aussi, la CFDT demande à l'administrateur "de lancer sans délai une expertise économique et financière sur les solutions de sauvetage" et "au gouvernement de faire pression sur le gouvernement algérien afin que les créances détenues en Algérie soient immédiatement honorées", pour donner "quelques jours d'oxygène supplémentaires à la compagnie, le temps qu'une offre de reprise ferme soit effectuée".
           
Le  syndicat soutient toute action permettant de reprendre la compagnie Aigle Azur afin de sauver l'ensemble des emplois et notamment celle de la part du groupe Air France".



Air France serait sur la liste des repreneurs

Dans le journal le Monde, Martin Surzur, président du bureau du syndicat de pilotes SNPL chez Aigle Azur, annonçait qu’" Air France aurait émis de l’intérêt pour Aigle Azur et serait prête à faire une offre de reprise".
En faillite, la compagnie garde cependant de sérieux atouts.
Elle dispose de 10 000 slots : créneaux de décollage et d’atterrissage à Orly.
Selon la  réglementation ces slots ne peuvent être vendus, en revanche, l’entreprise qui rachète la compagnie pourra les récupérer.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un géant de l'informatique s'installe à Perpignan, 150 créations d'emplois en vue

Les + Lus