Covid : la zone d'emplois de Tarbes-Lourdes très pénalisée par la crise selon l’Insee

L’Insee a réalisé une enquête sur l’impact de la crise du Covid sur les zones d’emploi en Occitanie. Avec un secteur concerné à la fois par la construction aéronautique et le tourisme, la région de Tarbes Lourdes est particulièrement touchée.

Les rues de Lourdes désertées en raison de la crise liée au Covid
Les rues de Lourdes désertées en raison de la crise liée au Covid © L.Bonaventure/AFP

C'est la double peine pour les Hautes-Pyrénees. La crise économique liée au Covid touche en particulier le tourisme et l'aéronautique, deux secteurs importants dans la zone de Tarbes-Lourdes. Selon l'Insee Occitanie (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), qui a réalisé une enquête sur l'impact de la crise sur le marché du travail, Tarbes et Lourdes sont particulièrement touchées. Elles figurent parmi les zones les plus fragilisées de la région. De nombreux salariés travaillent en effet dans le secteur du tourisme et de l'aéronautique.

Comme on le voit sur ce graphique, la zone Tarbes-Lourdes connaît la plus forte évolution du taux de chômage de la région Occitanie (évolution sur un an au troisième trimestre 2020, en points).

"Sur ce territoire, la demande d’emploi progresse de 11 % entre les mois de septembre 2019 et 2020, soit la plus forte hausse de la région", précise l'Insee.

Une hausse qui provient des métiers de l'industrie aéronautique et spatiale et qui touche paticulièrement les moins de 26 ans.

Cette augmentation est dûe également au coup d'arrêt du tourisme. La ville de Lourdes est notamment fortement dépendante de la clientèle étrangère (Italiens, Espagnols, Britanniques). 

Selon les chiffres de l'Insee, le domaine professionnel de l'hôtellerie, de la restauration et de l’alimentation représentait avant la crise 13 % de la demande d’emploi sur la zone Tarbes-Lourdes. Dans ces métiers, la hausse de la demande d’emploi est désormais très forte (+ 60 %), soit une augmentation quatre fois supérieure à la hausse régionale, en particulier chez les plus de 50 ans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie crise économique covid-19 santé société tourisme