• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Pyrénées : suspension de la chasse au grand tétras dans les Hautes-Pyrénées

Le grand tétras aussi appelé lagopède / © MaxPPP
Le grand tétras aussi appelé lagopède / © MaxPPP

Les écologistes obtiennent une nouvelle fois en justice la suspension de la chasse au grand tétras, une décision incompréhensible pour les chasseurs

Par Régis Cothias

Depuis 2008, des associations de protection de l'environnement Nature Midi Pyrénées et France Nature Environnement attaquent tous les arrêtés autorisant la chasse au grand tétras dans les Hautes Pyrénées. Dans un communiqué, les opposants à la chasse à ce galliforme de montagne indiquent  : "systématiquement les juridictions administratives ont donné raison aux associations en annulant les arrêtés autorisant la chasse à cette espèce."

Et les militants écologistes de faire leur compte : "Ce sont désormais 23 décisions favorables successives qui annulent ou suspendent la chasse au grand tétras dans les Hautes-Pyrénées et l'Ariège." Le 9 septembre dernier, le tribunal administratif de Pau, compétent pour juger les litiges administratifs dans les Hautes-Pyrénées, mentionne dans son jugement que "la chasse est de nature à compromettre les efforts de conservation de l'espèce". En revanche, en l'Ariège, la chasse continue.

Une bataille moins médiatique que l'ours mais tout aussi rude

De façon concrète, 9 jours de chasse sur une période 4 semaines étaient autorisés pour le prélèvement de 19 animaux dans les Hautes Pyrénées. Les chasseurs ont dû se contenter de 2 jours avant que l'interdiction soit prononcée. Depuis des années, chasseurs et défenseurs de l'environnement se livrent à une bataille juridique sur la chasse au grand tétras. Un combat moins connu mais tout aussi âpre que l'éternelle controverse sur la présence des ours dans les Pyrénées.

"Je ne comprends pas ce jugement, indique Jean Marc Delcasso, le président de la fédération de chasse des Hautes Pyrénées. On a des comptages favorables, des effectifs qui remontent comme l'indice de reproduction et on nous interdit de chasser alors qu'en Ariège la chasse se poursuit."
Et le patron des chasseurs de mettre en avant les initiatives de sa fédération pour favoriser le développement de l'espèce, en particulier les opérations de débrouissaillage et d'ouverture des milieux pour obtenir des zones propices aux perdrix et grand tetras. "Le grand tétras me coûtent 150.000 euros/an dans ces opérations. Si on ne fait rien, ce n'est pas la chasse qui va entrainer la disparition du grand tétras mais la forêt qui gagne du terrain, réduit les places de chant et toutes les zones où l'animal évolue."

La querelle continue

Avec cet énième jugement, la querelle continue de plus belle. "Comment voulez-vous travailler avec des gens qui vous donnent des coups de poignards dans le dos ?" peste Jean Marc Delcasso au sujet des militants écologistes.
Dans les Hautes Pyrénées, une vingtaine de chasseurs pistent et traquent le grand tétras. 10 à 12 animaux sont tués chaque année par des chasseurs qui n'atteignent pas le quota d'animaux à prélever. 

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus