CARTE. Vulnérables face au réchauffement climatique, découvrez ces stations de ski qui pourraient disparaître d'ici 2050

Quelles stations de ski seront encore en mesure d'ouvrir leurs pistes en 2050 ? Études et projections se multiplient sur le sujet. La cour des comptes a ainsi établi un indice de vulnérabilité des stations face au réchauffement et dérèglement climatique.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

En cette période vacances d'hiver, plusieurs stations de ski sont confrontées au manque de neige et ont dû fermer leurs pistes. Une météo défavorable aux descentes tout schuss qui, avec le réchauffement climatique, ne va pas s'arranger. Dans un rapport présenté le 6 février 2024, la Cour des comptes a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme concernant les conséquences désastreuses de ce dérèglement sur le secteur.

La juridiction a établi l'indice de vulnérabilité des stations françaises en prenant en compte le risque climatique et la perte d'enneigement, le poids socio-économique de la station et ses capacités financières à maintenir les remontées mécaniques. Découvrez sur la carte ci-dessous, le classement des stations des Pyrénées :

Les 3 plus vulnérables

  • Font-Romeu / Bolquère / Pyrénées 2000

Le domaine de Font-Romeu Pyrénées 2000 se situe entre 1775 et 2213 mètres d'altitude. Il dispose de 43 pistes de ski alpin et de 24 remontées mécaniques. La Cour des comptes lui attribue un score de vulnérabilité de 16.30, l'un des plus élevés de toutes les stations des Pyrénées.

Son indice de risque climatique et de perte d'enneigement est de 6,67. Son indice socio-économique de 7,33 et son indice finances publiques de 3,00 indiquent une certaine incapacité de la station à rendre viable son service de remontées.

  • Formiguères

Nichée au cœur du Parc naturel régional des Pyrénées Catalanes, la station de Formiguères est moins imposante avec ses 19 pistes de descente et 7 remontées mécaniques. Elle se veut familiale. Elle obtient un score de vulnérabilité de 11,11.

Comme pour Font-Romeu, son indice climatique est de 6,67 et celui des finances publiques de 3. Son score en lien avec son poids économique est un peu plus faible : 5,00.

  • Peyragudes

À cheval sur les départements des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne, le domaine skiable de Peyragudes affiche le pire score de vulnérabilité des stations des Pyrénées avec un indice évalué à 24,56. 

Certes, les risques liés à la perte d'enneigement ou au poids économique que représente la station sont un peu moindres qu'à Font-Romeu ou Formiguères. En revanche, la Cour des comptes s'interroge sur la capacité de Peyragudes à pouvoir mobiliser suffisamment de financements publics pour assurer sa viabilité.

Pourquoi la production de neige n'est pas une solution

Perché à 2400 mètres d'altitude, le domaine skiable de Peyragudes affiche 270 "enneigeurs" offrant ainsi "une garantie neige exceptionnelle, grâce à un réseau ultra-performant de neige de culture qui assure une parfaite skiabilité quelles que soient les conditions météorologiques", peut-on lire sur le site internet du domaine

Production de neige artificielle, développement d'activités diversifiées... Voilà les solutions adoptées par les acteurs du secteur déjà confrontés au manque d'enneigement naturel. Selon l'analyse de la Cour des comptes, leur effet ne s'avèrerait efficace qu'à court terme. "Son coût est important et son efficacité tend à se réduire avec la hausse des températures", souligne la juridiction, sans oublier "l'impact de la production de neige sur les ressources en eau" qui paraît "sous-estimé dans de nombreux territoires." 

Deux études récentes estiment que le débit des rivières dans les Pyrénées pourrait diminuer jusqu'à -20% d'ici à la fin du siècle, en raison d'une fonte des neiges plus précoce, et d'un climat plus chaud et plus sec.