Coronavirus et fermeture des marchés : dans les Hautes-Pyrénées, les agriculteurs s'organisent

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Martin .

La fermeture des marchés de plein vent, décidée par le gouvernement lundi 23 mars 2020, va pénaliser de très nombreux consommateurs et producteurs. Dans les Hautes-Pyrénées, la filière agricole s'organise pour proposer des alternatives.

Sauf dérogation locale

Ainsi donc, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé lundi 23 mars 2020 - entre autres nouvelles mesures de restriction de déplacements - la fermeture des marchés de plein air, à compter d'aujourd'hui.
Un coup dur pour les primeurs, pour les consommateurs et pour les producteurs. 

Réactivité

Dans le département des Hautes-Pyrénées, la filière agricole, sentant le vent tourner, a déjà réfléchi à des mesures alternatives. "Nous, agriculteurs et acheteurs, allons davantage être pénalisés par la fermeture des marchés que par le manque de main-d'oeuvre", explique Pierre Martin, président de la chambre d'agriculture des Hautes-Pyrénées. "Il faut qu'on fasse preuve de réactivité, aussi pour que les consommateurs s'y retrouvent. Surtout ceux qui sont à mobilité réduite et qui ont l'habitude de se ravitailler au marché". 

En lien avec la préfecture, nous avons donc réfléchi à la création de nouveaux lieux d'accueil à la ferme

Un réseau solide

Pour ce faire, les agriculteurs ont eu l'idée de s'appuyer sur un réseau déjà existant : Bienvenue à la ferme. Créé en 1988, ce réseau regroupe en effet 8 000 agriculteurs adhérents sur le territoire national et a pour vocation d'accompagner les producteurs dans leur activité, et d'assurer la promotion de la marque localement.

Dans le département des Hautes-Pyrénées, le réseau Bienvenue à la ferme est conséquent. 50 points d'accueil existent déjà qui pourraient, à condition d'y instaurer des règles de sécurité sanitaire, accueillir deux ou trois producteurs venus vendre en direct leurs produits : viandes, fruits et légumes, produits laitiers...

"Le premier est déjà en place", assure Pierre Martin. "Cette réorganisation peut nous être salutaire". 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité